Le gouvernement yéménite et les rebelles Houthis sont parvenus à un accord sur la première phase du retrait des forces de Hodeida (ouest) depuis l'entrée en vigueur de la trêve, annoncent les Nations unies dimanche dans un communiqué. Les discussions qui se sont tenues samedi et dimanche étaient la quatrième rencontre entre les belligérants pour tenter de trouver un accord sur les modalités du retrait des forces depuis l'entrée en vigueur de la trêve.

Cette première phase prévoit un retrait des combattants de Hodeida des ports de Hodeida, Saleef, Ras Issa et de parties de la ville portuaire où se trouvent des infrastructures humanitaires. Aucune date n'a toutefois été fixée.

Les premiers retraits auraient dû intervenir deux semaines après l'entrée en vigueur le 18 décembre d'une trêve conclue en Suède. Si cette dernière est globalement respectée, selon l'ONU, des retards ont été pris, dans le redéploiement des combattants comme dans un échange de prisonniers.

Lire aussi: Combats à Hodeïda malgré l'entrée en vigueur d'une trêve au Yémen

Des besoins humanitaires 

Un accord de principe sur la deuxième phase d'un redéploiement mutuel a également été esquissé. Il dépend maintenant «de consultations à venir auprès de leurs directions respectives», ajoute le communiqué.

Hodeida, port stratégique sur la mer Rouge, est le point d'entrée de l'essentiel des importations et de l'aide humanitaire internationale au Yémen. Les Nations unies espèrent que ces derniers développements permettront d'acheminer de la nourriture et de l'aide médicale dans un pays où la guerre a mis 14 millions de Yéménites au bord de la famine.

Lire également: L'ONU en quête de quatre milliards de dollars pour le Yémen

Les discussions étaient conduites par l'ex-général danois Michael Lollesgaard, chef de la mission d'observateurs de l'ONU chargée de faire appliquer la trêve. Un nouveau round de discussions est prévu dans une semaine pour finaliser les détails de la phase II du redéploiement, précise le communiqué de l'ONU.