Pénuries de nourriture, de médicaments ou encore coupures d’électricité: la coupe est pleine pour les Cubains. Excédée par la crise économique qu’elle traverse, la population de l'île est descendue massivement dans les rues dimanche afin de protester contre l’extrême précarité qui règne dans le pays, exacerbée par la pandémie de Covid-19. Un événement rarissime dans l’histoire cubaine. Pour toute réponse, le président Miguel Diaz-Canel a accusé le gouvernement américain d’être responsable de ces troubles en raison de la «politique d’asphyxie économique» menée par Washington. Exilée à Paris depuis plus de vingt-cinq ans, la romancière, poétesse et scénariste cubaine Zoé Valdés revient sur cette mobilisation inédite depuis la révolution castriste de 1959 et sur les raisons de la colère cubaine.