Lorsque Volodymyr Zelensky, alors âgé de 41 ans, a accédé à la présidence de l’Ukraine en avril 2019, l’opinion publique occidentale n’en a pris note que temporairement. Le fait qu’un comédien ait remporté l’élection a suscité froncements de sourcils et amusement, mais le pays a rapidement disparu des gros titres. Dans les capitales occidentales, on aurait préféré continuer à travailler avec le président sortant, Petro Porochenko, considéré comme une valeur sûre. Même si l’Occident aime parler de la promotion démocratique dans les pays en transition, voir la volonté du peuple porter au pouvoir un populiste inexpérimenté, c’est risquer d’avaler des couleuvres.