La bourse suisse a ouvert sur une note plus ferme vendredi. Les cours européens réagissaient dans l’ensemble à leur contre-performance de la veille, soutenus par de bonnes indications préalables en provenance des Etats-Unis. Sur la place financière zurichoise, le rétablissement était néanmoins freiné par UBS, qui fait l’objet d’échos de presse autour du montant de l’amende qu’elle risque de devoir payer en France, ainsi que par deux des principales défensives.

Le front des nouvelles reste clairsemé en cette fin de semaine et l’agenda ne comprend pratiquement aucune entrée avant la mi-journée. La bourse de Francfort restera fermée en ce jour de commémoration de la réunification allemande. En fin de séance, le rapport mensuel sur le marché du travail outre-Atlantique risque de provoquer des accès de fébrilité.

A 09h30, le Swiss Market Index (SMI) avançait de 0,19% à 8678,11 points, le Swiss Leader Index (SLI) de 0,28% à 1280,89 points et le Swiss Performance Index (SPI) de 0,23% à 8540,43 points. Sur les trente valeurs vedettes, 26 grimpaient, 3 descendaient et Swiss Life restait inchangé.

UBS lâchait 2,0%. L’établissement risque de devoir passer à la caisse pour plus de 6 milliards de francs, révèle «Le Temps», qui a eu accès à des documents de la justice française. Jefferies a raboté les objectifs de cours des deux principales banques. Credit Suisse prenait ce nonobstant 0,4%, tandis que Julius Baer grappillait 0,2%. Aux assurances, Swiss Re engrangeait 1,2%, Swiss Life ne bougeait pas.

En plus d’UBS, la plupart des poids lourds freinaient la progression des indices. Nestlé ne grignotait ainsi que 0,1% et Novartis régressait dans les mêmes proportions. Roche pour sa part empochait 0,4%. Tous trois avaient perdu jusqu’à 2% jeudi.

Les valeurs du luxe Richemont et Swatch (+0,5% chacune) montraient entre-temps des signes de reprise, malgré un rabotage de leur objectif de cours par Exane BNP Paribas. Selon certains observateurs, le fait que les tensions dans le marché clé de Hongkong ne se soient pas aggravées y a fortement contribué.

D’autres cycliques sont également demandés: Adecco gagnait 1,2% avant les chiffres de l’emploi américain, Schindler 1,0%, Aryzta 0,7%, et les chimiques Lonza 0,9% et Clariant 0,8%.

Le titre du prestataire de service pétrolier Transocean a bondi de 3,8%. L’action, également cotée à la bourse américaine, y avait connu la veille une hausse significative, mais après la clôture en Suisse. Le titre avait accusé un net recul jeudi sur SIX (–6,2%).

Sur le marché élargi, Cosmo (+6,6%) était en nette progression, malgré l’abandon des pourparlers de fusion entre sa filiale Cosmo Tech et l’américain Salix. On notera toutefois que Cosmo devrait empocher un dédit de 25 millions de dollars. Le titre avait chuté la veille de 8,3%. La nouvelle négative en soi avait visiblement été «anticipée» par le marché, estiment certains observateurs.

Sur le front des nouvelles, on retrouve Dufry (action +1,0%). Le spécialiste des boutiques hors taxes a pu prolonger ses concessions dans les deux aéroports internationaux du Cambodge jusqu’en 2020, s’assurant une surface de vente plus de deux fois plus importante. Selon les analystes, les aéroports de Phnom Penh et de Siem Reap ne représentent que 0,5% du chiffre d’affaires du groupe, mais le marché présente des taux de croissance intéressants.