Môtiers, ses œuvres et sa rivière qui chante

Une belle palette d'artistes sont conviés à Môtiers cet été

Annoncée par une affiche semée de feuilles, signée Daniel Spoerri, la septième édition d'Art Môtiers, exposition de plein air dans le Val-de-Travers, promet comme à l'habitude (la manifestation a lieu tous les quatre ans) son lot de surprises nichées dans une nature magnifique, aux alentours du village et dans ses rues mêmes. Sélectionnés et invités par un jury constitué de professionnels, les artistes - cette année au nombre de 64 -, jeunes et moins jeunes, et venus des trois régions linguistiques, mettent un point d'honneur à intégrer leurs œuvres d'une manière harmonieuse ou… étonnante.

Parmi eux, 37 «nouveaux» et des anciens (certains viennent pour la cinquième ou sixième fois) comme John Armleder, Ben, Olivier Mosset, Christian Gonzenbach ou Mai-Thu Perret. Bob Gramsma s'est déjà fait remarquer en coulant puis en extrayant du sol une maison de béton. Plutôt que d'imposer un thème, les organisateurs laissent aux artistes la liberté de concevoir leur travail, en relation toutefois avec le site, son histoire, ses à-côtés - par le passé, ils se sont référés à Rousseau, à l'absinthe, à l'asphalte ou aux points forts du paysage, sa grotte et sa cascade, ses ponts, ses prés et ses rochers. Toute liberté est aussi laissée, naturellement, au visiteur, convié à une promenade de plusieurs heures.
Publicité