Une bibliothèque envahie par les vagues, ça n'existe pas? Pas plus qu'un arbre millénaire qui s'envole? Si, ces phénomènes surnaturels existent. On peut les voir dans La Bibliothèque, spectacle aérien à découvrir au Théâtre du Reflet, à Vevey, avant le Théâtre du Jorat, à Mézières. Ces hallucinations sortent de l'imaginaire fertile de Nicolas Imhof, créateur d'effets spéciaux qui a exporté son talent aux Etats-Unis et collaboré à des blockbusters comme Batman, Babe ou Harry Potter. Ici, l'artiste visuel travaille en duo avec Jean-Claude Blaser, au profil atypique lui aussi, puisque cet ancien machiniste est spécialisé dans la technique de vols humains… La Bibliothèque? Décollage assuré!

«Je n'aime pas voler, mais j'adore voir les gens voler!» Est-ce son séjour aux Etats-Unis qui a coloré son parler? Nicolas Imhof est né à Vevey il y a 44 ans et pourtant, son accent, lumineux et élastique, semble venir d'ailleurs. «De Mars», propose le joyeux interlocuteur. Une réplique et le voilà déjà en orbite. Digne de son modèle, Georges Méliès, premier mystificateur cinématographique, dont le célèbre Voyage dans la Lune a aussi défié la gravité. «Chez Méliès, j'adore ce mélange d'effets visuels concrets et de trucages filmés. Dans notre spectacle, on a prolongé ce mariage entre technologie et bricolage.»

Pour quel récit? L'histoire d'un promoteur immobilier décidé à raser la bibliothèque de son enfance au profit d'un supermarché. L'indélicat est condamné à passer une nuit dans la bibliothèque et à revivre ses émotions de jeunesse à travers les personnages qu'il a aimés. «J'ai beau être un visuel, j'adore lire, poursuit Nicolas Imhof. Je dévore une moyenne de cinquante romans par année, car c'est pour moi l'unique manière de se faire les films qu'on veut. Dès qu'un personnage est dessiné, finie la liberté!» L'artiste en veut pour preuve son expérience d'enseignant à Ceruleum, école d'art visuel basée à Lausanne. «Quand je demande à mes étudiants de dessiner un magicien, ils reproduisent tous Gandalf, du Seigneur des anneaux. Quelle tristesse!»

Etrange posture critique pour quelqu'un qui a travaillé dans les studios hollywoodiens. «Oui, mais justement, j'en suis parti, car après avoir beaucoup appris sur le plan technique, j'ai compris les limites du genre. Au cinéma, les décors ne sont réalisés que pour l'œil de la caméra, ce n'est ni très beau ni très sexy. J'ai eu besoin de grandeur!» Ainsi, depuis son retour en Suisse, Nicolas Imhof s'est remis à la peinture, des toiles monumentales qui représentent des paysages fantastiques et des citadelles interdites. Puis il a investi l'événementiel avec ses grands formats. Il trouve aussi son compte d'exaltation dans ses créations pour la scène. «Et ici, avec La Bibliothèque,le plaisir est encore décuplé par ces personnages volants», s'enthousiasme l'artiste digital. Portes qui disparaissent, tornades de livres, dragon qui prend vie… Le plaisir de Nicolas Imhof sera facile à partager.

Vevey. Le Reflet. Ve 24 avril à 20h, sa 25 avril à 17h. (Loc. 021 925 94 94, www.lereflet.ch).

Mézières (VD). Théâtre du Jorat. Sa 2 mai à 20h, di 3 mai à 17h. (Loc. 021 903 07 55, www.theatredujorat.ch).