Los Angeles. Lou Bloom, un jeune homme un peu paumé tombe une nuit sur un accident et, en observant des reporters-vautours à l'œuvre, a une sorte de révélation: il est fait pour ce business! Bientôt, il réussit à vendre ses propres images à une TV locale et, avec l'aide de Rick, devient un chasseur de sensations - accidents, incendies ou même crimes - de plus en plus efficace, au grand dam de la police... Frère cadet de Tony Gilroy (Michael Clayton, Duplicity), lui-même scénariste (Two for the Money, The Bourne Legacy), Dan Gilroy se devait de s'essayer lui aussi un jour à la réalisation. C'est chose faire avec ce Nightcrawler qui vaudrait mieux que son titre «français», particulièrement idiot. Une étude de caractère trouble plutôt qu'un thriller ou une leçon de moralité, avec un grand Jake Gyllenhaal et un beau travail de chef opérateur, à en croire les critiques venues du Festival de Toronto. Sans oublier un joli rôle de directrice d'antenne cynique pour Rene Russo, Mme Gilroy à la ville.