Sur les réseaux

Toto Cutugno, l’idole du Web

Tous les jours, depuis le 21 août, quelqu’un poste sur Facebook la même photo du chanteur italien. Une constance qui ravit la Toile (près de 2000 like quotidiens) et inspire les scientifiques

Sur les réseaux

Toto Cutugno, éternel retour, éternel retour…

Tous les jours depuis le 21 août, quelqu’un poste la même photo du chanteur italien. Une constance qui réjouit la Toile et inspire la science

Il est 11h18, mercredi. La page «La stessa foto di Toto Cutugno ogni giorno» affiche 60 838 like.

C’est beaucoup pour une page qui ne change jamais. Enfin, pas tout à fait, puisque chaque jour est postée la même image de Toto Cutugno, un portrait tout en cheveux des années 70, où la star, habillée aux couleurs de la Péninsule, nous regarde droit dans les yeux. Cet hommage incongru au chanteur de «Solo noi» dure depuis le 21 août 2014, avec une régularité de métronome. Quel plaisir peut-on y trouver? Il est multiple, à en juger par les commentaires. Certains y voient le charme de la pérennité: «Dans un monde si fragile, il est rassurant d’avoir des certitudes. Cette photo permet d’être sûr que demain viendra.» D’autres prennent ce mur d’images pour des ex-voto: «Porte-moi chance Toto, j’ai un examen!» D’autres encore l’utilisent comme baromètre de leur humeur: «Je le trouve plus gai aujourd’hui qu’hier.» Les plus actifs postent des variantes de l’image en fonction des saisons (Toto en Père Noël, Toto en roi de l’Epiphanie), de leurs fantasmes (Toto en dieu du Loto) ou de leurs couleurs politiques («Après Napolitano, assez avec la République, nous voulons la monarchie: Toto Cutugno roi d’Italie!»).

La page permet aussi d’être créatif, d’inventer des textes amusants, des collages surprenants, de s’amuser de cette logique répétitive. Toto est devenu un totem. On le prie, on le déguise, on l’interpelle, on le remercie, mais surtout on l’aime: la page récolte une moyenne de 1500 like par jour et une trentaine de commentaires. Loin de se tarir, le phénomène ne fait que s’amplifier.

A 13h17, la page indique 60 932 like, près de cent de plus qu’il y a deux heures. Comment expliquer ce succès? Délicieuse addiction? Sentiment de sécurité? Rituel de prière («Donne-nous notre Toto quotidien»)? Début d’Alzheimer? Hypnose collective? Vérification du Fort-Da de Freud? Blague communautaire? Des chercheurs de l’Institut universitaire d’études supérieures de Pavie se sont penchés sur cet ovni. Pour eux, l’engouement prouve que le cercle d’amis et le fil d’actualité jouent un rôle plus important que le contenu même de la page. Pour Alessandro Bessi, un des scientifiques, ce modèle correspond au comportement des aficionados des sites complotistes et permettrait même de créer un modèle statistique capable d’expliquer la diffusion des légendes urbaines sur le Web. Toto en muse scientifique, personne encore n’y avait songé.

Mais on peut être plus simple. Cette fascination pour le même répété à l’infini est à l’œuvre dans une comédie qui a beaucoup marqué les esprits: Un Jour sans fin , un des films préférés des bouddhistes, qui l’affectionnent comme une sorte de mantra pour parvenir à une vie meilleure. Il est aussi l’illustration de l’Eternel Retour de Nietzsche: mène ta vie de façon à ce que tu puisses souhaiter qu’elle se répète éternellement.

Toto Cutugno n’est pas le seul à être sujet de ferveur. Il existe une page Dave Coulier, acteur américain quinquagénaire, qui fonctionne sur le même principe mais avec un succès plus mitigé (14 782 j’aime), comme le montre ce commentaire posté le 9 février: «I prefer La stessa foto di Toto.»

A 14h10, la page «Ogni giorno» marque 61 010 j’aime. Il est vrai que le matin même, Magali Philip consacrait sur La Première radiophonique de RTS sa chronique à ce sujet, divulgué la veille par les sites de Rue 89 et de Libération , tous deux inspirés d’un article du Washington Post . La viralité n’a pas de frontières.

Publicité