Le bras de fer entre Google et le préposé fédéral à la protection des données, Hanspeter Thür, connaîtra un tournant important fin février. Dans moins d’un mois, le Tribunal administratif fédéral se prononcera à propos du service StreetView, soit les images mises en ligne par Google et captées depuis des caméras fixées sur des voitures.

Pour mémoire, le préposé reproche à la firme américaine, depuis le lancement du service en été 2009, de mettre en ligne trop de clichés où l’on voit des personnes au visage non flouté. «Google parle d’un faible pourcentage d’images concernées, mais dans l’absolu il s’agit d’un grand nombre de cas, relève Hanspeter Thür. De plus, un éclaircissement du droit est nécessaire concernant les images prises en public. D’autant que les logiciels de reconnaissance de visages deviennent perfectionnés…» A noter qu’aucune nouvelle image n’a été mise en ligne par Google, concernant la Suisse, depuis l’action en justice lancée par Hanspeter Thür. Par contre, ses voitures ont continué à prendre des clichés.

Par ailleurs, le préposé a fini d’analyser le contenu des informations «reniflées» par erreur par les voitures de Google, qui avaient scanné des réseaux Wi-Fi. Ces données ont depuis été détruites et la firme américaine s’est engagée à ne plus faire la même erreur, tant en Suisse qu’au niveau mondial. Du coup, aucune nouvelle procédure ne sera ouverte à ce sujet au niveau suisse.