Les légendes urbaines fleurissent sur le terreau fertile des croyances collectives populaires. Elles sont presque toujours fausses. Best of.

- Il y a quelques années, une rumeur courait sur la Côte d'Azur à propos des Canadair, ces avions appelés pour combattre les incendies de forêts. Ils auraient malencontreusement aspiré des nageurs en faisant le plein d'eau, puis les auraient directement jetés dans les flammes en même temps que leur cargaison.

- Un ami de mon cousin est allé à New York. Après une cuite mémorable dans un bar (variante: après avoir été entraîné par une prostituée), il s'est réveillé au petit matin dans une baignoire remplie de glaçons et avec une cicatrice dans le bas du dos: il s'était fait voler un rein. La même histoire circule à propos de Disneyland: un enfant disparaît pendant plusieurs heures et quand ses parents le retrouvent, endormi derrière un décor, il porte les traces d'une incision dans le dos…

- Les classiques: il y a des alligators dans les égouts de New York. Les tatouages pour enfants offerts avec les bubble gums contiennent du LSD. Walt Disney a été cryogénisé. Le Coca Cola est tellement acide qu'on peut s'en servir pour déboucher les toilettes, nettoyer le métal rouillé, pire, comme contraceptif spermicide (très en vigueur au Japon). Les édulcorants sont cancérigènes. Certaines grandes firmes sont dirigées par des satanistes/par des sectes.

- Sur le Net, on trouve plutôt des canulars, définis comme des informations volontairement trompeuses, parfois sous forme de farces.

- Les chaînes de lettres constituent un nouveau moyen de diffuser des fausses informations par le Net. Elles se terminent systématiquement par des menaces de mauvaise fortune si la consigne de réexpédition n'est pas respectée. Un exemple récent. M & M's veut devenir le bonbon de l'an 2000 (MM = 2000 en chiffres romains). L'un de ses cadres aurait lancé un e-mail expliquant cette campagne et demandant qu'on fasse suivre à au moins cinq amis. Une astuce permettrait de contrôler le cheminement de ces e-mails, et à chaque fois que l'on atteint 2000 personnes, on reçoit cent paquets de chocolat de la marque. L'info est bidon, bien sûr.

Tout ce qui se transmet par courrier électronique est suspect. Les mises en garde contre les virus sont aussi néfastes que les virus eux-mêmes puisqu'elles engorgent le réseau.

V. F.