Si la plupart des cantons romands ont déjà vécu la rentrée des classes, la TSR attend tranquillement celle des Genevois pour effectuer la sienne. La grille d'automne de la chaîne romande démarrera en effet lundi prochain, même si quelques émissions abandonnent leur tenue estivale plus tôt (Tout à l'heure a repris le 15 août, Les Zap le 18 août et le nouveau Temps présent de l'après-Béatrice Barton se lance demain). «Nous faisons traditionnellement une pause estivale de neuf semaines et nous recommençons généralement quand le dernier canton romand effectue sa rentrée des classes, explique Guillaume Chenevière, directeur de la chaîne. Par ailleurs, les collaborateurs de la TSR ont au total 350 enfants, en majorité scolarisés dans le canton de Genève. Nous devons aussi tenir compte de cela.» On se souvient que l'an dernier, la TSR avait été vertement critiquée lorsqu'elle avait supprimé une semaine durant son journal de 22 h 30, Soir dernière, à cause des vacances scolaires genevoises. Des vacances qui ne correspondaient pas à celles des autres cantons romands. «De toute façon, ajoute Guillaume Chenevière, la rediffusion du TJ soir à 22 h 30 réalise une meilleure audience que Soir dernière.»

Habituellement, la TSR vit un été calme et plutôt tranquille. Celui de cette année a été agité par la Fête des Vignerons pour laquelle la SSR, diffuseur officiel, a dû mobilier une bonne partie des forces de ses chaînes romandes, tant de radio que de télévision. Même si certains téléspectateurs n'ont pas vraiment apprécié les commentaires lors des retransmissions de la cérémonie du Couronnement, du cortège ou du spectacle proprement dit, pour le patron de la TSR, «cette Fête des Vignerons a été une véritable réussite». Et Guillaume Chenevière n'hésite pas à affirmer que ce succès populaire est à mettre en partie au crédit de la TSR. «Grâce à nous, explique-t-il, la Fête a eu un écho dans toute la Suisse romande et pas seulement sur la Riviera. Elle a même pris une dimension européenne avec l'émission que nous avons coproduite sur Arte le 15 août au soir et qui a réuni 600 000 téléspectateurs en France et en Allemagne. Et elle aura un écho encore plus grand avec une soirée spéciale sur TV5 d'ici à la fin de cette année.»

Pour le directeur de la TSR, «seul le service public peut investir de tels moyens pour un événement de ce genre». Un événement qui, ajoute-t-il, a rencontré un beau succès d'audience: «Notre journal quotidien Toute la Fête a rassemblé davantage de parts de marché que les émissions habituelles diffusées à cette heure-là. Et la cérémonie du Couronnement a réuni autant de téléspectateurs que la non-désignation de Sion pour les JO de 2006.» Guillaume Chenevière relève par ailleurs avec satisfaction que 10 000 cassettes vidéo de la Fête ont d'ores et déjà été commandées, soit beaucoup plus qu'en 1977. «Et ce genre de cassettes va se vendre durant des années, jusqu'à la prochaine Fête.»

Maintenant que les gradins veveysans se sont vidés, la TSR doit consolider les acquis de l'été. Certes, la chaîne romande, contrairement à sa grande sœur alémanique, ne sera pas concurrencée par un programme privé suisse, mais elle devra faire face à la fois à l'attente d'un public qui va voir la redevance radio-TV augmenter le 1er janvier prochain et à la pression des chaînes françaises qui se multiplient: à l'exemple de Genève qui s'est lancé en juin, la plupart des téléréseaux romands vont désormais proposer, avec le numérique, un choix de chaînes francophones beaucoup plus important.

Pour l'instant, la TSR ne semble pas trop s'en inquiéter. Sa grille d'automne ne prévoit en effet aucune nouvelle émission. Directeur des programmes, Raymond Vouillamoz se contente d'indiquer que des nouveautés devraient apparaître l'année prochaine. On pense en particulier à l'émission judiciaire sur laquelle planche Béatrice Barton et au magazine économique annoncé depuis plusieurs mois. D'autre part, plusieurs sitcoms made in TSR sont en préparation et devraient être diffusés en 2000.

En attendant, les téléspectateurs romands devront se contenter d'émissions qui ont déjà fait leurs preuves. En particulier dans le domaine de la jeunesse avec une nouvelle saison des Zap. Ce rendez-vous diffusé tous les matins sur TSR1 et les après-midi de semaine sur TSR2 a permis à la TSR de remonter la pente dans le secteur enfants, alors qu'elle était en train de se faire rattraper par les chaînes françaises et par Cartoon Network. La collaboration avec les CFF sera poursuivie: une fois par quinzaine, l'émission sera enregistrée sur le quai d'une gare romande. Toujours pour les enfants, Les Couche-Tôt reprendra du service le 11 septembre, après plusieurs mois d'absence, avec deux nouveaux animateurs, Marine et Melvin, qui remplaceront Larissa et Alexandre.

Dans le domaine culturel, TSR2 continuera de diffuser à des heures décentes des émissions hebdomadaires: Cadences, le dimanche à 20 h, sera désormais animée par Jean-Paul Cateau (un ancien d'A bon entendeur), LittéraTour de Suisse, vingt-deux portraits inédits d'écrivains suisses, prendra place le vendredi à 20 h, et Confidentiel, le vendredi également à 20 h 20. Des rendez-vous plus ponctuels sont également prévus avec Théâtre, qui diffusera d'ici à la fin de l'année trois pièces, enregistrées en France (Le voyage de Monsieur Perrichon), en Belgique (Le Barbier de Séville) et en Suisse (Le Roi Lear, filmé à Mézières).