Ariane Dayer, rédactrice en chef de L'Hebdo depuis cinq ans, a remis lundi matin à Michael Ringier sa démission, suite à une réunion provoquée par l'éditeur zurichois autour de la situation de l'hebdomadaire qui a perdu plusieurs milliers de lecteurs ces dernières années. Ariane Dayer était lundi inatteignable pour expliquer sa décision. De même, les membres de la rédaction du newsmag répondaient qu'il leur avait été demandé de ne pas commenter sa démission et renvoyaient les questions à Gérard Geiger, directeur de Ringier Romandie. «Suite à un tour d'horizon sur la situation du titre, et constatant un certain nombre de divergences quant à son évolution, Ariane Dayer a donné sa démission», commente-t-il.

«Nous souhaitons apporter des modifications sur la forme et sur le fond», poursuit le directeur de Ringier Romandie, avant de saluer la rédactrice en chef sortante: «Ariane Dayer a fait un Hebdo de très bonne tenue et marqué fortement de sa personnalité.» Plus généralement, Gérard Geiger «constate que la famille des newsmag en Europe est soumise à de fortes pressions et cela nous conduit à porter une réflexion sur le produit et son marché. Mais, j'insiste, en reconnaissant et en réaffirmant l'importance politique et journalistique de L'Hebdo en Suisse romande depuis vingt ans.»

Quant aux modifications et évolution souhaitées par l'éditeur, Gérard Geiger préfère s'abstenir de tout commentaire, ces questions devant être discutées avec le remplaçant d'Ariane Dayer. Plusieurs rédacteurs de L'Hebdo étant en poste depuis de nombreuses années, voire depuis le lancement du titre, Ringier envisage-t-il de licencier pour permettre à la rédaction et à son nouveau dirigeant d'insuffler un vent nouveau? «Ces dernières années, plusieurs journalistes ont quitté la rédaction, de nouvelles plumes l'ont rejointe et je ne pense pas que l'équipe de L'Hebdo donne l'image d'être confite dans ses certitudes. Reste qu'en fonction de L'Hebdo à venir, certains s'enthousiasmeront ou souhaiteront envisager d'autres trajectoires pour leur carrière.»

Parallèlement à l'annonce de la démission, les noms de plusieurs remplaçants circulaient déjà lundi: les rédacteurs en chef Alain Jeannet (Bilan), François Schaller (PME Magazine), Michel Zendali (Matin dimanche), Michel Danthe (Construire/Brückenbauer) et le journaliste Marc Comina (dimanche.ch). Gérard Geiger se refuse là aussi à tout commentaire: «Jusqu'à la décision d'Ariane Dayer, d'autres scenarii étaient possibles. A ce stade, l'éditeur n'a vu ni reçu personne.»

Ariane Dayer travaillait depuis dix ans au sein du groupe Ringier où elle a, entre autres, occupé le poste de correspondante parlementaire. Elle quitte ses fonctions avec effet immédiat et laisse ses adjoints, Béatrice Schaad et Denis Etienne, assurer l'intérim jusqu'à la nomination d'un nouveau rédacteur en chef.