Ses excès de raffinement nuisent parfois à son utilisation. Sous ses lignes larges mais élégantes au design rétro-chic, sur sa coque gris aluminium (elle existe aussi en bleu nuit) avec écran très lisible, et malgré un léger surpoid (120 grammes), le Nokia 6670 tolère pourtant bien mieux les pouces enflés que d'autres modèles de la marque finlandaise. Hic de taille, en revanche: il semble avoir été conçu pour se faire désirer, en allongeant parfois péniblement les préliminaires via de dispensables procédures d'utilisation intermédiaires. Mettre ainsi fin à une conversation nécessite, si l'on est pas un averti des raccourcis, plusieurs manipulations. Tout comme les simples erreurs dans la saisie d'un SMS, dans l'envoi d'un MMS ou l'adjonction d'un fichier pour un e-mail, qui peuvent virer au cauchemar.

Cette navigation fastidieuse, de par les menus extrêmement riches proposés à chaque étape, est heureusement atténuée par les larges possibilités qu'offrent par exemple le répertoire aux entrées nombreuses, la gestion de l'agenda et des fonctions plus spécifiquement «business», tels le navigateur NetFront chargeant les fichiers PDF reçus par e-mail. Ojectif habilement atteint par ce modèle, dont le petit nom est «Smartphone Imaging», qui souhaite «laisser libre court à la créativité» de son utilisateur, dixit Nokia. L'appareil photo intégré (1 mégapixel pour une résolution de 1152x864 pixels, zoom 4 fois, retardateur, séquences vidéo de 10 minutes) est agrémenté d'une application «Photo Editor» permettant retouches et ajouts de textes. Celle-ci est fournie sur la carte mémoire de 64 Mo qui comporte aussi des programmes autorisant l'affichage de documents Excel, PowerPoint et Word, reçus ou à envoyer par mail. Côté connectivité, le Nokia 6670 dispose de Bluetooth, d'un port USB, afin de brancher l'appareil au PC.

Portable tri-bande doté aussi de RealPlayer et RealMedia pour l'écoute de musique et le visionnement de vidéos, le Nokia 6670 privilégie au final ses dimensions multimédias. Au détriment parfois d'éléments de simplicité qui font que le commun des mortels se dote encore avant tout d'un portable pour téléphoner. Une pratique de base que permettent quand même les trois heures d'autonomie dans le cas de conversations fréquentes.

Nokia 6670, 698 francs sans abonnement