Annoncé avec grand fracas en mars dernier, voici enfin le modèle 7610 de Nokia. Depuis plusieurs mois, le fabricant finlandais a grosso modo divisé ses téléphones en deux catégories, ceux au look ultraclassique et ceux au design nettement plus osé. Avec un clavier en forme de vague où la touche «3» est deux fois plus petite que la touche «7», le modèle 7610 fait incontestablement partie de la deuxième famille. Autant dire tout de suite, ces excentricités ne sont absolument pas convaincantes: le clavier n'est pas du tout pratique à utiliser, alors que le bouton de mise en fonction nécessite une très forte pression pour que le téléphone daigne enfin s'allumer – il faut ensuite attendre 15 secondes avant de pouvoir l'utiliser.

Relativement lourd (118 g) et volumineux, le Nokia 7610 dispose, premier point positif, d'un superbe écran affichant 65 000 couleurs sur 176 208 pixels. Sa grande nouveauté, c'est bien sûr sa capacité à prendre des photos d'une résolution d'un million de pixels. Mais voilà, le reste des composants de l'appareil photo ne suit pas, et certains clichés, selon la lumière, donnent l'impression d'un certain flou. Il est désormais possible de capturer des vidéos de maximum dix minutes, dont la qualité laisse aussi fortement à désirer. Et ce n'est pas la possibilité d'éditer les films en leur ajoutant des effets spéciaux (!) qui permet de les améliorer, loin de là.

Toujours côté multimédia, le Nokia 7610 est équipé d'un lecteur à tout faire (RealOne), permettant d'écouter des fichiers musicaux. Si le téléphone ne dispose malheureusement pas de radio, il est par contre équipé d'une carte mémoire de 64 Mo, très utile pour stocker principalement des photos. A noter que celles-ci, lors d'envoi de MMS, adoptent une taille maximale de 100 Ko. Côté connectivité, l'appareil intègre un Bluetooth très efficace, et peut être connecté à un PC via un câble USB fourni avec le téléphone.

A noter encore que l'appareil dispose d'un calendrier, de toutes les fonctions de messagerie, d'un navigateur web, ainsi que de la possibilité de faire du chat avec des amis connectés. Nokia a même installé une application très utile, baptisée SettingWizard, qui configure l'appareil selon le réseau GSM.

Au final, le 7610 laisse sur sa faim. Même s'il est l'appareil le plus complet sur le marché, il pêche par son manque de maîtrise de chacune de ses applications, d'autant que la disposition du clavier demeure un sérieux handicap.

Dès 300 francs avec abonnement, 799 sans.