A peine neuf mois après avoir lancé sur le marché leur premier téléphone SPV, Orange et Microsoft viennent de sortir une nouvelle version, baptisée SPV E100. Neuf mois, soit juste le temps de tenir compte des principales remarques des utilisateurs. Des critiques, il y en a eu envers ce smartphone – mélange entre un téléphone et un assistant personnel –, qui affiche des objectifs très ambitieux. Avec une version de Windows dans son boîtier, le SPV propose en effet un navigateur Internet, un calendrier, une messagerie complète, ou encore un lecteur multimédia. Les erreurs de jeunesse ont-elles été effacées?

Le look du SPV allégrement changé. Une partie de son boîtier est désormais bleu nuit, mais il dispose surtout d'un nouveau joystick à cinq directions très pratiques. De plus, plusieurs boutons de navigation ont été séparés, et la qualité des touches a été améliorée. L'écran TFT, toujours de 176*220 pixels, offre un meilleur contraste, et le téléphone est plus léger (95 grammes, contre 120 dans sa version précédente). Malgré sa perte de poids, le SPV reste un téléphone à l'aspect relativement massif.

Equipé désormais de la version 1.5 du système d'exploitation Windows, le SPV E100 n'offre aucune application nouvelle par rapport à son prédécesseur. La navigation sur Internet via le GPRS est excellente, de même que la synchronisation de la messagerie ou du calendrier avec un PC. Par contre, Windows Media Player souffre de la relative faiblesse du processeur lors de la lecture de fichiers en haute définition. Tribande, le SPV ne comprend malheureusement toujours pas de port Bluetooth. Mais des rumeurs venues d'outre-Manche évoquent déjà une troisième version du SPV qui en serait dotée, de même qu'une caméra intégrée. Toujours côté accessoires, Orange propose, pour 129 francs supplémentaires, un clavier en tissu à relier au SPV. Un prix élevé, certes, mais le périphérique permet de taper très facilement des textes. Malgré ce qu'affirme Orange, la qualité de la batterie n'a pas augmenté, mais semble au contraire avoir baissé. Les 2,5 heures de conversation et les 100 heures de veille sont ainsi à prendre avec la plus grande prudence.

Malgré ses quelques défauts et son prix, le SPV demeure le must pour ceux qui veulent que leur portable sache (presque) tout faire. D'autant qu'il semblerait que son Windows nécessite de moins en moins de réinitialisation…

SPV E100, dès 399 francs avec abonnement, 999 francs sans.