Avec les grilles estivales apparaissent aussi les chagrins d'été. Pour l'auditeur, ce sont ces émissions qui ne reviendront pas à la rentrée, ce qui concerne surtout les stations françaises, la RSR changeant ses grilles à d'autres moments. Aux premiers jours de l'été, les animateurs-producteurs tirent le rideau avec flonflons ou pudeur. Ce fut la première option pour Laurent Ruquier et son équipe, à l'enseigne de Dans tous les sens, qui ont joué leur dernière carte sur le mode mélancolique, évoquant leurs meilleurs moments une larme à l'œil mais en déconnant autant qu'à l'ordinaire. Restera le souvenir d'une gouaille effrénée, sans doute popu et racoleuse, mais qui déridait la vénérable France-Inter. Sur la même station mais sur un registre plus intimiste, l'auditeur pleurera le départ de Jean-Luc Petitrenaud, qui, lui, s'est contenté de trois mots d'adieu en fin d'émission, après avoir dévoré l'antenne comme si de rien n'était. Rarement émission de bonne chère aura atteint un tel degré de plaisir partagé. Il faudra garder en mémoire ne serait-ce que l'imitation du bruit du poivrier par ce jouisseur (scroui, scroui), poivrier tournant bien sûr au-dessus d'un plat amoureusement décrit… Vraiment, les samedis matin risquent bien d'être un peu moins gourmands.