Est-ce une illusion, ou Bill Clinton affichait-il un œil au beurre noir, dans la nuit de lundi à mardi, lors de sa confession publique? D'ici à sa prochaine apparition télévisée permettant de vérifier s'il a en permanence la paupière gauche plus fermée que la droite ainsi qu'une poche bleuâtre sous l'œil, le suspense demeurera entier. Pour ma part, je trouverais assez sain que Hillary ait donné ainsi, de manière visible, son avis sur l'affaire dans laquelle son mari s'est pris les pieds.

Parce que, pour le reste, Billnocchio ne s'est pas mal tiré du dernier épisode de la saga Lewinsky: la pâleur soulignée par un maquillage adéquat était de bon aloi, tout comme la cravate bleu ciel au dessin discret, la tonalité grave sans excès adoptée pour l'occasion, le décor vierge de toute connotation officielle.

Même si, comme l'affirmait une journaliste sur CNN, «les gens en ont ras le bol de cette affaire», deux tiers des Américains ont suivi cette prestation télévisée, inimaginable dans aucun autre pays au monde. «Parce qu'ils voulaient savoir.»

Parce qu'aussi ce psychodrame privé devenu affaire d'Etat du fait d'un procureur acharné, ressemble à une série télévisée de plus, avec ses héros, ses vilains, et ses victimes. Pour ne pas dire ses vedettes plus ou moins populaires. Ainsi, tandis que l'anchorman de CNN enregistrait les réactions du public dans diverses villes des Etats-Unis, une star du show-business de Hollywood décernait à Bill Clinton une mauvaise note définitive: «Il a menti à sa femme, qui l'a toujours soutenu. Quand John Kennedy faisait pareil, au moins, c'était avec Marilyn Monroe!»