Dans la pièce (très enfumée) réservée aux supporters du Mouvement Citoyens genevois à Uni Mail, l’ambiance était ce dimanche nettement moins enjouée qu’au soir du 11 octobre où la formation venait de placer 17 députés au Grand Conseil.

Rôle d’arbitre

Nettement distancés par les représentants de l’Entente et de l’alliance socialistes-Verts, les deux candidats Eric Stauffer et Mauro Poggia ont vite reconnu leur défaite. «On s’est fait broyer par les deux grands blocs traditionnels, reconnaissait Pascal Spuhler, le vice-président du parti. On aurait sans doute dû nous allier avec l’UDC, je sais que des contacts ont été noués mais ça n’a pas marché. Eric (Stauffer) et Soli Pardo (patron de l’UDC genevoise) ne s’entendent pas.»

Un militant pestait contre le système électoral genevois: «On est en tête dans énormément de communes comme Lancy, Onex, Vernier, Plan-les-Ouates et même Genève et nous n’aurons pas de Conseiller d’Etat, ce n’est pas normal.»

Eric Stauffer lui-même s’en prenait au jeu des alliances privant «le premier parti de représentant à l’exécutif» et donnait rendez-vous «pour une revanche lors des prochaines municipales». Mauro Poggia, beau perdant, admettait de son côté que les règles du jeu étaient connues de tous. «Mais c’est une déception, lâche-t-il. Le soufflé n’est pas cependant retombé, on a marqué cette campagne, on va désormais jouer notre rôle d’arbitre au parlement, notre appui sera indispensable pour faire avancer les choses et l’on pèsera fort lorsque des thèmes comme la sécurité et l’emploi seront débattus.»

L’avocat promet par ailleurs de nouvelles recrues au MCG, «de qualité, pas que des rouspéteurs». Présent lui aussi dans les travées d’Uni Mail, Michel Charrat, le président du groupement des frontaliers, savourait la défaite du mouvement anti-frontaliers: «C’est une bonne nouvelle pour le projet d’agglomération franco-valdo-genevoise que nous bâtissons et pour la future ligne du CEVA que nous défendons. Mais la défaite des populistes devrait surtout contribuer à diminuer un peu les tensions ressenties de part et d’autre de la frontière