‘‘ Je suis extrêmement déçu par ce qui arrive, Ai Weiwei est un ami proche. Lorsqu’il s’est fait arrêter, il était sur le point de partir à Hong Kong, où nous avions rendez-vous pour parler de sa prochaine exposition. Je ne connais pas les raisons de son arrestation et je ne suis pas en mesure de porter un jugement de valeur sur l’action du gouvernement chinois. Aussi, je ne peux pas évaluer si elle est justifiée, mais je ne suis pas d’accord avec la manière dont cela s’est passé, car les règles juridiques n’ont pas été respectées. L’avocat d’Ai Weiwei, ainsi que sa famille restent sans nouvelles de lui. La Suisse devrait suivre cette affaire de près, parce qu’Ai Weiwei a des contacts étroits ici. Il a tenu sa toute première exposition en solo à Berne, à la Kunsthalle, en 2004. En ce moment même, il a deux projets d’expositions en Suisse. L’un au Musée d’art de Lucerne, sur le thème, très important en Chine, du paysage dans l’art contemporain, avec plusieurs de ses propres œuvres. Ai Weiwei, le directeur du musée de Lucerne Peter Fischer et moi-même sommes les commissaires de cette exposition. L’autre projet est une exposition au Musée de la photographie de Winterthour, qui doit s’ouvrir fin mai. J’ai l’intention d’intervenir en faveur d’Ai Weiwei, mais je ne veux pas en parler, car je souhaite garder mes bons contacts avec la Chine officielle. J’estime que c’est le moment d’agir, plusieurs jours sont passés et nous n’avons toujours pas de nouvelles de lui. ,,