Il apparaît peu dans les médias. Mais son appartenance à l’une des plus anciennes familles de la ville, alliée à un sens aiguisé des affaires, fait de ce patriarche à la haute taille et à l’allure sévère une des figures les plus respectées, et les plus connues, du canton. Il a transformé l’étude de notaire héritée de son père en une holding comprenant banque privée, immobilier et gérance de fortune. S’il est fier de son histoire – il a ainsi racheté et fait rénover le Château neuf de Worb, érigé en 1734 par un ancêtre – ce père de six enfants issus de deux mariages aime également précéder l’air du temps. Il a fait du groupe Espace Media un petit empire médiatique comprenant journaux, radios et télévision avant de convaincre les principaux actionnaires, juste avant la crise, de le revendre au zurichois Tamedia pour 300 millions de francs. A 85 ans, il siège désormais au conseil d’administration de Tamedia, devenu depuis le plus grand groupe de presse de Suisse. Avec la famille Reinhardt-Scherz, il a décidé de créer une nouvelle fondation en remplacement de la fondation Espace Media, qui récompense depuis une quinzaine d’années la photographie de presse et le journalisme local et dont les invités d’honneur, lors de la cérémonie annuelle au Bellevue, ont pour nom Christoph Blocher, Ulrich Gygi ou Roger Köppel, le directeur de la Weltwoche. Le prix, qui récompensera également les contributions aux nouvelles technologies, aura pour nom «Best Award of Swiss Media».