Vous l'imaginiez serré dans son imper beige, col remonté, portant lunettes noires et équipé d'un véritable arsenal militaire? Détrompez-vous. L'agent moderne de la CIA n'a plus grand-chose à voir avec l'imagerie romantique des séries noires américaines, même si le chien renifleur, guide en chef du site que la CIA vient d'ouvrir pour se présenter aux enfants, répond au prénom évocateur de Bogart.

Reléguées aussi les histoires sulfureuses d'agents doubles, de conspiration et de sabotage. La CIA racontée aux mômes se veut vertueuse et patriotique. Les agents sont recrutés pour «aider le président à maintenir la sécurité du pays et de ses citoyens». Et si l'agence se défend de faire du recrutement, elle décline exhaustivement les qualités qui feront le parfait «espion» de demain (un qualificatif curieusement banni du site). Seront les bienvenus tous les polyglottes curieux, ouverts à la diversité du monde et de ses cultures, les courageux, les «disciplinés» et surtout les «humbles». La CIA n'est pas un star-system.

La très prestigieuse centrale du renseignement n'échappe pas non plus à la mode du politically correct. La page d'accueil s'ouvre sur un couple, un Blanc et une Noire, tout sourire, visiblement épanouis par leur fonction. Et la galerie de portraits historiques apprendra aux espions en herbe comment l'agente «355», une des premières femmes à servir secrètement la future nation, «fille cachée de la révolution américaine» accéléra le mouvement d'indépendance. Ou encore comment James Armistead Lafayette trompa les rangs britanniques durant la guerre d'indépendance, se faisant passer pour un esclave en fuite. L'Etat de Virginie le remercia de sa bravoure en lui rendant sa liberté. Pas un mot en revanche sur Aldrich Ames, l'agent double arrêté en 1994 après dix ans de contre-espionnage au profit de l'ex-URSS…

Si l'inventivité des agents secrets égale celle des concepteurs du site, on ne s'étonnera pas de certains ratés de l'agence, qu'elle se garde bien de mentionner. Malgré un miniquiz géographique, le parcours proposé est conventionnel, très pédagogique et peu ludique. Et dire que l'idée était suggérée par Bill Clinton lui-même, soucieux de redorer le blason d'une agence en butte à de sérieux problèmes de crédibilité dans l'opinion publique!

Adresse: www.odci.gov/cia/ciakids