Notre infographie le montre: on peut réaliser de substantielles économies en changeant d'opérateur téléphonique. Evidemment, les besoins de chaque client sont différents. Le choix d'un opérateur se fera donc en fonction de sa consommation. Les rabais que nous indiquons ont donc une valeur indicative. Pour comparer, nous avons pris en compte un consommateur privé type, dont la moitié des appels se font en tarif normal et l'autre moitié en tarifs réduit (3/4) ou de nuit (1/4).

Pour faire son choix, il est important d'étudier attentivement les offres, car les conditions proposées sont le plus souvent difficiles à comparer. Par exemple, les tarifs normaux, réduits ou de nuit sont rarement identiques: si, chez Swisscom et la plupart de ses concurrents pour les appels interurbains, le tarif normal est appliqué du lundi au vendredi de 8 h à 17 h, Smartphone, Télésonique, Prime Line, Justice et le petit nouveau OneTel l'impose également entre 19 h et 21 h. Pour l'étranger, attention également aux différents horaires. Certains opérateurs proposent un tarif unique: intéressant si l'on téléphone durant la journée, beaucoup moins si l'on appelle en soirée.

Pour les appels internationaux, la mauvaise place de Multilink est à nuancer par le fait que cet opérateur (filiale de France Télécom et Deutsche Telekom) se spécialise dans les appels en direction de la France et de l'Allemagne. En ce qui concerne Sunrise, deux éléments à relever: les prix indiqués dans notre infographie n'entreront en vigueur que le 1er août; par ailleurs, nous avons pris le tarif en vigueur pour les dix numéros les plus appelés (en Suisse ou à l'étranger). Dans le même ordre d'idées, les prix retenus pour GTN, vers l'international, sont destinés à un choix prédéfini de trois pays. Enfin, les prix de Télésonique sont valables à partir de la deuxième minute de communication, la première minute étant un peu plus chère.

A noter également que les prix indiqués dans notre infographie risquent fort de changer assez rapidement. A moins que d'autres nouveaux opérateurs n'apparaissent: les nouveaux arrivants, on le voit avec OneTel, n'ont en effet une chance de se faire une place au soleil qu'en cassant les prix. Au consommateur de suivre la spirale.