Vous pouvez retrouver notre veille, échanger avec nous et partager vos liens intéressants sur notre compte Twitter et notre page Facebook

➥ 45 ans de terrorisme visualisés

C’est une infographie tout à la fois passionnante et effrayante. La société américaine Periscopic a mis en ligne depuis quelques jours “A World of Terror”, une application interactive très complète qui visualise l’intégralité des actions terroristes répertoriées dans le monde depuis 1970. Derrière son nom anxiogène, cette infographie permet de mieux saisir toute la complexité et la diversité du terrorisme mondial, au-delà de la caricature du “méchant terroriste musulman”.

Via un système un jeu de filtres (par ancienneté, par nombre de morts, par répartition géographique), l’internaute peut explorer la portée, la fréquence et l’impact de 25 groupes terroristes du monde entier. Au triste palmarès des groupes les plus meurtriers, l’Etat islamique arrive en tête suivi des Tigres Tamoules. En fin de classement, on trouve les FARC, l’ETA ou le Hezbollah.

Seulement voilà : pour construire cette infographie, ses créateurs s’appuient sur les données de la Global Terrorism Database, une base de données de l’Université du Maryland, issue d’un programme gouvernemental américain. Pourtant, cette base de données est loin de faire l’unanimité. Dans une tribune publiée cet été sur le Washington Post, plusieurs chercheurs remettent en cause le changement de méthodologie de collecte à partir de 2011. Avec pour conséquence l’impression - faussée d’après les auteurs -, d’une explosion des chiffres du terrorisme ces trois dernières années, notamment des attentats suicides. Le débat est important : ces chiffres, souvent repris dans les médias, ont été utilisés par les gouvernements successifs pour justifier la politique antiterroriste américaine.

➥ Votre pays est-il inégalitaire ?

Plus pacifique mais tout aussi intéressant. L’Institut d’études économiques IW de Cologne propose une application pour confronter notre vision des inégalités dans notre pays à la réalité des chiffres. Que nous apprend cette infographie ? Tout d’abord, que la plupart des Européens perçoivent leurs sociétés comme plus inégalitaires qu’elles ne le sont réellement. Ce sont les Suisses, les Anglais et les Espagnols qui ont la vision la plus proche de la réalité de leur société. La France et Allemagne surestiment le poids de leurs classes populaires et sous-estiment leurs classes moyennes. Les États-Unis sont un cas à part : eux seuls perçoivent leur pays comme plus égalitaire qu’il ne l’est réellement.

➥ Exécutif communaux romands : où sont les femmes

Où sont les femmes, chantait Patrick Juvet. Pas dans les exécutifs romands communaux en tout cas, selon l’enquête de nos confrères de SEPT.Info. Au total, celles-ci ne représentent que 23 % des élus. Parmi les mauvais élèves, le Valais (19%), Neuchâtel (19%) et le Jura (21%). Inversement, Genève occupe la première place avec 31% de femmes élues.

Si la parité n’est pas pour aujourd’hui, il y a toutefois des progrès puisque dans les années 80, note le site, la proportion de femmes dans les exécutifs communaux était de 7%. Mais si on se penche dans le détail, on se rend compte que les femmes sont souvent cantonnées aux affaires sociales, à l’éducation et à la santé, tandis que les hommes oeuvrent dans les domaines réputés plus prestigieux, comme les finances, la construction et l’énergie.

De l’autre côté de l’Atlantique, dans la Silicon Valley, la testostérone règne également en maître chez Google, Twitter ou Facebook. Le site Gigaom s’est penché sur la question de la parité chez les géants du net. Chez Google par exemple, il y 30 % de femmes. Et dès qu’on monte dans la hiérarchie ou que l’on s’intéresse aux départements techniques, la part des femmes chute encore davantage. Ainsi, chez Twitter, les hommes représentent 90% des ingénieurs.

➥ Le tennis, le sport le plus inégalitaire

Le Washington Post s’est intéressé aux revenus (uniquement sportifs) des 32 sportifs les mieux payés de chaque discipline. Le résultat de cette enquête est visualisé dans une belle infographie interactive, qui permet de prendre la mesure de la diversité des salaires du haut-niveau.

Le base-ball paie le mieux, suivi du basket et du football américain. Zach Greinke, star des Dodgers de Los Angeles, décroche la première place des rémunérations avec ses 26 millions de dollars annuels. Mais c’est le tennis où les revenus sont les plus inégaux entre le top 4 et le reste des joueurs du top 32. Un Novak Djokovic, numéro 1 mondial, engrange 7,5 millions de dollars par an, soit près de 10 fois plus d’argent plus qu’un Fernando Verdasco numéro 32 mondial. A noter que le football ne figure pas dans cette infographie.

➥ Les Etats-Unis, une nation (désormais) vinicole

Pour finir ce premier épisode du Datascope, rendez-vous aux Etat-Unis, ce pays où l’on ne boirait que du Coca-Cola. Pas si simple : le New-York produit une très intéressante carte qui montre comment, en 80 ans et notamment ces dernières décennies, le nombre de Wineries (ces entreprises du vin, qui achètent le raisin aux Grape Growers, les viticulteurs) ont vu leur nombre exploser et maillent désormais une grande partie du territoire américain. Tout le monde connaît bien sûr la Californie et ses grands exploitants comme Mondavi, mais d’autres Etats comme l’Orégon sont devenus en 25 ans de véritables eldorados viticoles.

➥ BONUS. La boîte à outils.

Vous voulez vous-même réaliser une infographie interactive, mais vous ne savez quel est le meilleur outil. Le site Data Visualisation Catalogue vous offre une interface très pratique pour se repérer. Sélectionnez l’infographie que vous voulez créer et le site vous propose les outils existants et les bonnes pratiques à respecter. Très utile.