Sites-mémoire Cranach Digital Archive

Pendant trois semaines, découverte de sites web qui font référence

Lucas Cranach l’Ancien, c’est celui qui portraitura si souvent Martin Luther; ou qui peignit à de nombreuses reprises Adam et Eve sur le point de croquer la pomme; ou bien encore la belle et vertueuse Romaine Lucrèce tenant une dague. Peintre, imprimeur, marchand de vin, apothicaire, homme politique et confident des princes, Lucas Cranach fut l’incarnation de l’artiste entrepreneur. Il mit au point une division du travail efficace pour maximiser la production de son atelier, où œuvrèrent ses fils également. L’œuvre raisonnée de Cranach est donc un casse-tête, tant il fut fécond, lui et son industrieux atelier. C’est dire si le projet Cranach Digital Archive ( www.lucascranach.org) est une aubaine pour qui voudrait explorer la production stakhanoviste de cette figure protéiforme de la Renaissance et de la Réforme: en date de l’année 2012, ce ne sont pas moins de 500 tableaux et 7000 images qui ont été ainsi numérisés grâce à la collaboration des musées les plus prestigieux du monde et à l’aide de la Andrew W. Mellon Foundation. La Cranach Digital Archive se veut d’abord un instrument de travail avant qu’être un loisir: on n’est pas là pour rigoler… Les œuvres les plus fameuses se laissent donc appréhender au travers d’un dispositif critique strict et exhaustif. Ainsi que de prises de vue de l’envers du tableau, d’images infrarouges, aux rayons X et à l’ultraviolet. Bref: voici la peinture arraisonnée dans ses moindres méandres, retouches et remords.