Court-circuit

Détection de frites molles

C’est un stéthoscope géant que vient de poser IBM sur la planète. Un outil de mesure pour savoir ce qui se dit, ce qui se fait, et ce qui pourrait se passer sur Terre. Comment? En analysant les données de Twitter, tout simplement. La semaine passée, IBM a ainsi conclu un accord majeur avec le site de micro-blogging. «Big Blue» pourra accéder à l’ensemble des tweets actuels, mais aussi passés. Le but est de «réunir les tweets qui prennent le pouls de la planète et les solutions analytics d’IBM dans le cloud», selon le communiqué commun des deux entreprises.

Cette alliance pourrait être majeure. Car, pour une somme non divulguée – mais que l’on imagine conséquente –, IBM pourra analyser les 500 millions de tweets quotidiens, l’immense majorité d’entre eux étant publics. La firme pourra également disséquer tous ceux émis ces dernières années. Et ce afin de dire à ses clients ce qui se passe, et ce qui peut les concerner directement. Lors de la présentation à Las Vegas, un responsable de Twitter a présenté un exemple: un fabricant de friteuses professionnelles a trouvé que des mentions récurrentes de «soggy fries» («frites molles») pouvaient être un signe que certaines de ses machines, en fonction dans des fast-foods, pourraient être défectueuses.

Un exemple de plus de l’utilisation de nos données. Et surtout de l’importance commerciale de ce «big data» que nous contribuons tous à générer au quotidien.