Les différentes chaînes de télévision de la SSR ont gagné un peu de terrain l'an dernier sur leurs concurrentes privées. Ainsi, en Suisse romande, TSR1 et TSR2 ont atteint ensemble une part de marché de 33,8%. Ce chiffre n'était que de 32,2% en 1997. Cette augmentation est surtout à mettre au crédit de TSR2, dont la part de marché est passée de 3,8 à 5,1. Sa grande sœur pour sa part reste stable en passant de 28,4 à 28,7%. La première chaîne alémanique plafonne, elle, à 1,8% et la tessinoise à 0,8%. Du côté des chaînes étrangères, TF1 confirme son statut de principale concurrente de la TSR avec 15,4% de part de marché (15,1% en 1997). Les chaînes publiques France 2 (9,8%) et France 3 (6,5%) perdent du terrain, de même que M6 (7,8%) tandis que RTL9 progresse (4,3%).

En Suisse alémanique, SF1 régresse quelque peu (de 27,5% à 26,3%) mais sa petite sœur en profite pour grimper de 4,9 à 7,5%. Les chaînes étrangères, notamment commerciales, enregistrent pour leur part toutes une légère baisse. Les «petites» chaînes sont en hausse. La performance de la première télévision privée couvrant toute la Suisse alémanique, Tele24 de Roger Schawinski, n'est pas encore réellement représentative (1,8% de part de marché au dernier trimestre), la chaîne ne diffusant ses émissions que depuis le mois d'octobre. Enfin, en Suisse italienne, les deux canaux de la TSI restent stables, la RAI progresse tandis que les télévisions de Berlusconi enregistrent des chiffres contrastés (léger mieux pour Italia 1, mais pertes pour Canale 5 et Rete 4).

Globalement, les Suisses ont un peu plus regardé la télévision en 1998: 154 minutes par jour en Suisse romande (+9), 132 minutes en Suisse alémanique (+5) et 164 en Suisse italienne. A noter également que les personnes âgées sont des consommateurs assidus du petit écran: les Romands de plus de 65 ans ont ainsi passé en moyenne près de 4 heures et demie devant leur téléviseur.

Du côté de la radio, la SSR a perdu quelques plumes. En Suisse romande, les stations du service public ont vu leur part de marché passer de 46 à 42% (notamment en raison du recul de Couleur 3), tandis que celle des radios privées suisses progressait de 32 à 36%, les radios étrangères couchant sur leurs positions.