rétro-viral

Ecrire à françois hol, trop facile avec Google

Une nouvelle fonctionnalité de la messagerie Gmail fait polémique: elle permet d’envoyer des courriels à n’importe qui et à tout le monde, laissant présager des boîtes à lettres inondées. Et pas seulement

Rétro viral

Ecrire à françois hol, trop facile avec Google

«Cool», selon les ados qui peuplent ma maison, intrusive voire effrayante selon moi: la dernière invention de Google est de celles qui divisent, et vous rappellent radicalement votre génération.

Alors qu’il fallait jusqu’ici connaître l’adresse e-mail de votre destinataire pour lui écrire, la «firme de Mountain View», comme aime écrire la presse spécialisée, propose à ses membres inscrits sur Google+ d’abandonner cette inutile étape identitaire, reliquat d’une époque où l’on choisissait encore à qui on laissait son nom, son numéro, et son adresse – ou non, selon affinités… Désormais, Google vous fera des propositions en se fondant sur les premières lettres que vous inscrirez: je tape françois hol par exemple, et ma messagerie complétera l’adresse pour moi. Même si françois hol ne fait pas partie de mes contacts, et c’est là toute la nouveauté: il suffit que mon destinataire ait un compte sur Google+ pour être détecté, deviné par Gmail. Et il est bien possible qu’un ou une jeune ait montré à françois hol l’intérêt de posséder un compte sur Google+ pour commenter des films sur YouTube, ou pour profiter pleinement de la géolocalisation de son téléphone sous Android. Je ne verrai pas l’adresse complète de françois hol, qui reste privée, mais il recevra mon message.

«Cool» donc, pour clamer son admiration à un homme politique, tenter de se singulariser auprès d’une chanteuse, ou encore pour demander un stage en s’adressant directement à un responsable autrement inabordable.

Effrayant, parce que les compagnons éconduits, les pervers psychopathes vont pouvoir facilement retrouver et poursuivre leurs proies sur la Toile. Certes, les courriels d’étrangers seront classés dans une autre catégorie que ceux des contacts déjà enregistrés dans le carnet d’adresses, et l’on peut désactiver la fonction, précise Google (la version on line de cette chronique vous donne les bons liens); mais entre nous, depuis combien de temps n’avez-vous pas vérifié vos paramètres de confidentialité?

Encore que. Google, qui anticipe, probablement à raison, une cohue dans les boîtes e-mail des personnalités, innove encore en inventant les comptes de première classe. La fonction «Recevoir des e-mails de tout le monde» est désactivée par défaut sur certains comptes, les «high-profile Google+ users» qui ont beaucoup d’abonnés, et activée par défaut sur d’autres. L’élite, et les autres. Mazette…

Je comprends maintenant pourquoi YouTube me suggère régulièrement, lorsque je regarde des vidéos de scooters, ou des films, de changer mon pseudonyme pour mon vrai nom: il s’agit de renforcer mon existence numérique, étroitement liée à mon identité réelle. Et je m’interroge.

Que ma boîte soit potentiellement inondée de messages indésirables est une chose, mais l’impression d’une sphère numérique qui m’échappe de plus en plus en est une autre. Publicités sélectionnées selon mes centres d’intérêt, résultats de recherches modifiés en fonction de mes activités sur Internet, mes traces numériques de plus en plus visibles et maintenant ma boîte à lettres de moins en moins privée… Le prix d’une navigation confortable est décidément élevé.

Une question de génération, vraiment?

Google anticipe une cohue dans les e-mails des personnalités et invente les comptes de première classe

Publicité