Après Sirven, Kouchner, un sujet sur le cannabis et un détour par l'obésité, le téléjournal de France 2 s'est enfin intéressé à une élection susceptible de faire basculer toute une région du monde: le scrutin israélien qui consacrait le départ d'Ehud Barak et l'arrivée d'Ariel Sharon, le terrible, au pouvoir. Et encore, la chaîne française s'y intéressait-elle avec une certaine légèreté: une promenade sur les plages de Tel-Aviv, puis les images des deux candidats en train de voter. Un détour par Gaza achevait le tableau.

A croire que les Suisses sont bien plus passionnés par le destin du monde… Le TJ a courageusement ouvert sur le scrutin israélien. Dans ses reportages, une couleur revenait sans cesse: le noir. Ehud Barak qui glisse son bulletin dans l'urne, en complet noir. Ariel Sharon en visite chez les colons, en habit foncé, entouré de gardes du corps, tous vêtus de sombre, lunettes de soleil vissées sur le nez.

A Nazareth, des drapeaux. Noirs eux aussi, qui défilent accrochés à des voitures en cortège chargées d'appeler à l'abstention. Le noir encore du stylo inutile d'un scrutateur: dans cette cité peuplée d'Arabes israéliens, il attend en vain les électeurs. Une avalanche de noir, comme en signe de deuil, qui faisait vibrer d'une manière inquiétante la bande noire du drapeau rouge, blanc et vert des Palestiniens.