Que fait la RTS? Pour l’heure, la mise à disposition des émissions déjà diffusées sur les chaînes du groupe SSR («catch-up TV» ou «télévision de rattrapage») se fait déjà de manière indirecte. La chaîne décline essentiellement ses contenus sur ses sites internet et ses applications pour téléphones mobiles ou tablettes. Selon Thierry Zweifel, chef du département Ressources et développement de la Radio Télévision Suisse (RTS), en novembre 2010, 133 000 vidéos étaient affichées par des internautes chaque jour sur les sites internet de la TSR. Un an plus tard, le cap des 185 000 est atteint. Ces chiffres tiennent compte de la captation vidéo de certaines émissions radio (120 secondes de Couleur 3 ou, bientôt, L’invité de la rédaction de la 1ère). «Notre stratégie consiste à mettre nos contenus à la disposition du maximum de spectateurs sur tous les supports disponibles, le tout financé par la redevance.»

Pour l’instant le spectateur romand a quatre moyens de revoir ABE ou un condensé d’Infrarouge sur son téléviseur. Il peut accéder à la chaîne RTS de YouTube ou Dailymotion – via une application dédiée ou un navigateur web – où certaines émissions (ou extraits) sont à disposition. Par l’intermédiaire de l’Apple TV, la RTS propose également ses podcasts (vidéos ou audios) pour revoir des émissions. Depuis un an les abonnés des services de DVDfly et Orange peuvent revoir les productions de la RTS via un boîtier connecté au téléviseur. Enfin, à Sierre et à Sion, le téléréseau local met lui-même une sélection de programmes à disposition via la «télévision de rattrapage». «D’autres téléréseaux romands devraient proposer ce type d’offres en 2012», avance Thierry Zweifel.

Bientôt avec Samsung

D’ici à fin 2012, la RTS annonce trois services directement disponibles sur les téléviseurs connectés à Internet. «Nous avons signé à la mi-décembre avec un prestataire qui va développer des widgets (applications) pour différentes marques: Philips, Samsung, LG, etc. Ce sera déployé progressivement à partir de mars», assure Thierry Zweifel. Autre développement: HbbTV (pour Hybrid broadcast broadband TV), une sorte de télétexte multimédia. «Sur ce standard disponible par le signal TV, nous proposerons des informations illustrées basées sur le télétexte, des vidéos à la carte, mais ­également des possibilités d’interactions (par exemple un système de votes)», détaille le cadre de la RTS. Cela devrait être disponible fin 2012.

Enfin, les chaînes du groupe SSR souhaitent s’assurer une place sur le boîtier «Horizon», de Cablecom UPC et son pendant chez Swisscom TV.