Difficile travail de deuil, jeudi dernier sur les ondes de la Radio Suisse romande. Plusieurs équipes étaient touchées par la disparition de Jean-François Panet, 61 ans, homme de théâtre, anthologiste et collaborateur de longue date de la station. Une de ces figures dont l'auditeur devine qu'elles se sont forgées une inébranlable popularité au sein de la chaîne. Son décès, le matin, coupait ainsi le souffle aux animateurs, et son annonce, dans l'après-midi, n'en était que plus difficile. Les gens de C'est curieux, auquel collaborait Jean-François Panet, se sont acquittés avec tact de cette tâche difficile, par un hommage en direct et surtout par la rediffusion d'une séquence réalisée par cet ancien gérant du cabaret lausannois Les Faux Nez. La parole contre l'oubli, dit l'expression courante: rien n'est moins faux. La parole plus que l'image, peut-être, car celle-ci est toujours figée dans un espace-temps précis, à une époque de la vie et avec le visage de cette période, dans un décor connoté. Jeudi, la voix de Jean-François Panet n'avait déjà plus ni âge ni décor. Elle ne gardait, comme une épure, que cette vibration d'une vie, qui demeurera.