Le phénomène est assez rare pour être souligné: la semaine passée, une chaîne de télévision diffusait un documentaire consacré à la radio. Cela se passait sur Arte et concernait le service allemand de la BBC durant les années de guerre, lorsque les autorités britanniques cherchaient à saper le moral de l'Allemagne hitlérienne. A la vue des images d'archives et surtout à écouter des sketches de l'époque, l'auditeur ne peut qu'être frappé par la saine malignité qui animait les chroniqueurs de ce service. Ici, pas de «Radio Paris ment…», etc., pas de conflits de chiffres ni ne batailles de vérités assénées avec l'assurance des futurs vainqueurs, mais une mise en scène insidieuse des faiblesses de l'adversaire. «Les convaincre qu'ils souhaitent notre victoire» était la mission assignée au german service: celui-ci l'a mise en œuvre à sa manière, en racontant les mésaventures de Kurt und Willy, restés loin du front, ou de la ménagère berlinoise Frau Wernicke. «La guerre des ondes», qui fut réelle, renvoie moins à des bombardements massifs de communiqués qu'à une guerre des nerfs par l'ironie. Et, avec cette arme, la BBC l'emportait.