Les classements. Tout le monde aime passer du temps sur des classements. À la fin de l’année en particulier fleurissent de tous côtés les «classements de l’année 2011». En ce début décembre, alors que les sapins poussent dans les rues et que certains de vos correspondants souhaitent déjà de «bonnes fêtes de fin d’année» à la fin de leurs messages, la Toile s’en donne à cœur joie: les articles les plus partagés sur Facebook, les mots les plus tweetés, les termes les plus recherchés sur des moteurs de recherches… et ce n’est qu’un début, pour l’instant il est vrai très américain.

Même Le Temps s’y est mis. Vous pouvez consulter la «liste des articles les plus lus» ou «des plus recommandés» du temps.ch.

Microsoft, voulant probablement arriver à tout prix avant Google, a réalisé ces derniers jours une chouette vidéo mettant en scène les termes les plus recherchés sur son moteur de recherches «Bing». Bien que la précision y soit sacrifiée au profit de l’esthétique (pas de chiffres ni de dates, mais des images mises en musique), ce recensement est assez instructif.

Sans être exhaustif, voilà quelques-uns des termes qui sont revenus le plus souvent en 2011: «Fauja Singh» (le marathonien centenaire), «Katy Perry» (et ses succès musicaux), «Harry Potter» (et son carton au box-office), la chanteuse «Adele» (et son tube «Someone like you»), le «King’s speech» (film aux 4 oscars), le tremblement de terre au Japon et le tsunami qui a suivi, la crise du travail («Job crisis»), les saisies immobilières («foreclosure»), les désastres climatiques («weather disasters»), la mort de «Bin Laden», les 10 ans du 11 septembre 2001 («Never Forget»), le printemps arabe («Arab Spring»), les indignés («occupy movement»), Elizabeth Taylor, Amy Winehouse et Steve Jobs (les morts célèbres de l’année) ou encore le mariage royal britannique («royal wedding»).

Il s’agit principalement de personnalités, de grands événements et de catastrophes: des termes directement liés à l’actualité. On devine derrière ces recherches des envies «d’aller plus loin» dans des sujets très largement traités par les médias traditionnels – aussi triviaux soient-ils.

De son côté, Facebook a publié les 40 articles de presse qui ont été les plus partagés par ses utilisateurs américains en 2011. Les dix premiers sont: «Les photos satellites du Japon, avant et après le tremblement de terre et le tsunami» (New York Times), «Ce que les enseignants voudraient vraiment dire aux parents» (CNN), «Non, votre signe du zodiac n’a pas changé» (CNN), «Vous, les parents, n’habillez pas vos filles comme des traînées» (CNN), «Un père et sa fille dansent sur différentes chansons» (vidéo Yahoo), «Durant un enterrement, un chien pleure la mort d’un Navy Seals tué en Afghanistan» (Yahoo), «Vous allez flipper quand vous verrez le nouveau Facebook» (CNN), «Au Japon, un chien reste près d’un ami blessé dans les décombres» (Yahoo), «Un crocodile géant capturé vivant aux Philippines» (Yahoo) et «Nouvelles dates des signes du zodiac: Ophiuchus, le 13e signe?» (Huffington Post). À noter que la première mention d’Oussama Ben Laden apparaît en 34e position.

Ici, presque pas d’actualité. Ou du moins, des déclinaisons sensationnalistes de grands thèmes médiatiques (principalement la catastrophe japonaise). On est frappé par la présence – deux fois! – de questions relatives aux signes du zodiac et étonné par le nombre d’articles qui s’adressent à des parents. Les animaux, sans surprise, restent en bonne position. Globalement, on retrouve une certaine envie de partager des «services» et des «choses exceptionnelles» avec ses amis.

Un constat possible? Internet semble globalement servir à prolonger des sujets abondamment traités par les médias traditionnels ou à se distraire avec des sujets assez légers. Il sera intéressant de revenir début 2012 avec les classements incluant l’Europe pour voir si ces constatations se vérifient.