Rendez-vous désormais attendu sur la TSR, l'émission Duel s'est déjà fait une réputation de qualité. Les sujets traités hier soir l'ont été avec tact et précision, loin des multiples «reality shows» en quête d'audience facile dont la chaîne M6 rediffusait mardi soir un «best of» dans une nouvelle émission édifiante («Les télés du monde»). Duel parvient à aborder des thématiques aussi brûlantes que la «vraie» perpétuité pour les grands criminels sans sentimentaliser à l'excès la réalité des victimes ni diaboliser en gros plan le criminel.

Cette émission sait aussi donner la parole à des malmenés de la justice qui, miracle, s'expriment avec aisance. Hier, les parents d'un enfant mort en salle d'opération nous ont permis de réfléchir sur la différence apparemment reconnue entre l'erreur – diffuse et donc impunie – et la faute, individuelle et donc punissable. Enfin, même le fiasco d'un «ratissage de zone sensible «mené dans la région frontalière par les gendarmeries genevoise et française n'a pas été filmé ni commenté trop cruellement: l'émission Duel n'enfonce pas les protagonistes des situations problématiques qu'elle aborde mais veut faire réfléchir et peut-être avancer. Ô bonheur, elle-même progresse à un rythme soutenu et avec une densité de propos stimulante.