L'Organisation européenne de télécommunication par satellite (Eutelsat) a lancé lundi son quinzième satellite baptisé W3. Ce dernier viendra enrichir l'offre de l'organisation, actuellement en voie de privatisation, et qui souhaite confirmer son rôle de numéro 1 européen des services de télécommunication par satellite. A l'occasion du lancement de W3, Eutelsat a fait une infidélité à son partenaire habituel Arianespace, et a utilisé cette fois la fusée américaine Atlas qui s'est envolée depuis Cap Canaveral en Floride.

Le nouveau satellite va occuper, sur une orbite géostationnaire à 7° est, la place d'un autre satellite de l'organisation, Eutelsat II-F4, qu'il doit remplacer. Comme son prédécesseur, le nouveau satellite W3 aura une fonction importante pour les téléspectateurs européens, puisque son plus gros utilisateur est l'Union européenne de radiotélévision (UER). Cette dernière, basée à Genève, utilisera désormais W3 pour la plus grande partie des transmissions télévisées qu'elle effectue pour ses membres dans le cadre de l'Eurovision. Outre l'UER, l'agence de presse Reuters transférera également ses services d'actualité et d'informations financières sur W3. Ce nouveau satellite sera par ailleurs employé par des chaînes de télévision italiennes et polonaises ainsi que pour des réseaux internes d'entreprises. Il servira enfin à diffuser en Turquie un bouquet de chaînes numériques.

Dans quelques semaines, Eutelsat va lancer son processus de privatisation qui devrait transformer cette organisation, créée au début des années 70 par des opérateurs européens de téléphone, en une société anonyme qui entend développer ses activités dans un secteur en plein bouleversement. Eutelsat diffuse déjà 450 chaînes de télévision en numérique ou en analogique à plusieurs dizaines de millions de foyers européens. Ces satellites sont utilisés largement pour les liaisons professionnelles de télévision et de radio, en particulier grâce à l'UER.