TV Expo, la chaîne de télévision temporaire créée par la SSR et Expo.01 pour la durée de l'exposition nationale, devrait être la principale victime des coupes budgétaires décidées par la direction de la SSR. Quelques jours après la décision du Conseil fédéral de n'augmenter la redevance radio-TV que de 5,5% – alors que le service public souhaitait une hausse de près de 10% – le comité des directeurs de la SSR, sous la présidence d'Armin Walpen, avait en effet décidé de réduire de 9 millions de francs sa participation à Expo.01 (lire Le Temps du 19 mai). Le montant destiné à l'exposition nationale passait ainsi de 26 à 17 millions de francs.

L'heure est aux négociations

Parallèlement, les dirigeants de la SSR avaient également décidé de ne plus diffuser la Ligue des champions en football à l'issue de la prochaine saison et de ne plus participer au financement de la chaîne européenne Euronews dès 2002. La SSR n'avait alors pas caché que ces décisions éminemment politiques étaient une des conséquences de l'augmentation réduite de la redevance.

Cette nouvelle avait été reçue plutôt fraîchement tant par l'équipe de Jacqueline Fendt que par le conseiller fédéral Moritz Leuenberger. Début juin, ce dernier a même écrit une lettre extrêmement sévère au patron de la SSR, Armin Walpen, lui reprochant son attitude après la décision du gouvernement sur la hausse de la redevance. Du côté d'Expo.01, on avait par ailleurs été assez choqué de voir un partenaire réduire unilatéralement ses prestations alors qu'un contrat-cadre entre les deux parties avait été signé le 9 décembre dernier.

Aujourd'hui, tout le monde s'efforce de calmer le jeu. Tant dans l'entourage de Moritz Leuenberger que du côté de la SSR, on souhaite minimiser l'importance de la lettre d'Armin Walpen. Tout au plus apprend-on que le directeur général a depuis répondu personnellement au conseiller fédéral. Quant aux relations avec Expo.01, l'heure est désormais aux négociations sur les réductions effectives des prestations SSR.

Porte-parole de l'exposition nationale, Laurent Paoliello nous a confirmé que le projet TV Expo était mis de côté. «L'idée n'est cependant pas totalement abandonnée, précise-t-il. Elle pourrait même être relancée si un financement extérieur était trouvé.» Le projet était séduisant: créer une chaîne de télévision interne, reprise par les téléréseaux de la région, qui devait diffuser quasiment en continu des images en direct de l'exposition nationale.

Le premier budget de la société d'exploitation, qui devait être créée pour l'occasion, était ambitieux: 26 millions de francs, répartis entre Expo.01 (30%), la SSR (30%) et des partenaires extérieurs (40%). Un deuxième budget plus modeste, de 10 millions de francs, avait ensuite été prévu.

Mais les partenaires extérieurs attendus n'ont pas vraiment manifesté un grand intérêt: Cablecom, qui possède notamment les téléréseaux de Bienne, Neuchâtel, Yverdon et Morat, accepterait bien de diffuser gracieusement cette chaîne provisoire, mais pas question de la financer.

On retrouve le même son de cloche du côté de Swisscom, qui est déjà partenaire d'Expo.01 et qui ne souhaite pas d'engagements supplémentaires. Enfin, les télévisions locales arrivent déjà difficilement à boucler leur budget pour leurs émissions habituelles.

Reste que l'idée de TV Expo de présenter ce qui se passe sur les différents sites pourrait être reprise sur Internet. Selon Laurent Paoliello, des «webcams» (des caméras qui diffusent des images en direct sur le Web) devraient être installés dès maintenant pour montrer la progression des travaux de construction, puis pour suivre en temps réel les manifestations qui se dérouleront durant la période d'ouverture de l'exposition nationale. Du côté de la direction générale de la SSR, Felix Bollmann, responsable du projet Expo.01, préfère parler d'une nouvelle orientation donnée au projet plutôt que d'un abandon pur et simple.

Mis à part le projet TV Expo, les trois autres volets prévus par le contrat-cadre de décembre dernier ne semblent pas menacés. Il s'agit ainsi de la mission de «diffuseur-hôte» que devra assurer la SSR, soit la production TV et radio de la couverture des événements majeurs d'Expo.01 pour la diffusion sur ses propres chaînes ou pour des télévisions tiers, notamment étrangères. Le projet «diffuseur-hôte» est piloté par Jean-Claude Chanel, un des bras droits du patron de la TSR, Guillaume Chenevière. Son budget est d'environ 8 millions de francs.

Autre volet du contrat-cadre, le projet «aide à la mobilité» est placé sous la conduite de Daniel Favre, de la Radio suisse romande. Il devra, comme son nom l'indique, fournir des conseils de circulation pour accéder à l'exposition.

Des projets originaux

Enfin, la SSR soutiendra le projet SSS (Swiss Sweet Suite) qui prévoit de présenter en permanence, durant l'exposition, toute une série de groupes et d'ensembles musicaux venus de la Suisse entière et représentant différents styles de musique, du folklore au classique.

La TSR a par ailleurs lancé deux projets originaux: le premier émane d'un collaborateur de la Tour, Jean-Daniel Bloesch, qui souhaite placer une caméra fixe à proximité de chaque arteplage. Celles-ci enregistreront, à intervalles réguliers, des images des sites, d'abord en construction, puis en activité et enfin lors de leur démontage. L'idée est de proposer à la fin d'Expo.01 un film présentant ainsi toute la vie de ces arteplages.

Autre projet qui a retenu l'attention de Jean-Claude Chanel, la transformation d'une ancienne barque destinée au transport du sable et du gravier sur le lac de Neuchâtel en un plateau de télévision mobile qui sillonnerait les trois lacs durant l'exposition.