Manifestation un peu insaisissable pour le grand public, Médias Nord-Sud ne s'adresse pas seulement aux professionnels de la télévision. Jusqu'à jeudi, c'est tout le monde qui pourra s'intéresser à la manière dont documentaristes de télévision et indépendants rendent compte des plus gros clivages sociaux, économiques et culturels de notre planète. Alors que les journées (de 9 h 30 à 17 h, entrée libre) se déroulent dans les locaux de la TSR, la partie émergée de l'iceberg a lieu en soirée au Grütli, sous les auspices de Fonction Cinéma et du CAC-Voltaire. Ces institutions se sont associées au festival pour mettre en avant les qualités également artistiques, plutôt que purement journalistiques, de certains films.

Ainsi, les films de ce soir (CAC-Voltaire, 20 h) sont signés par l'Indienne Mira Nair (Salaam Bombay, Kamasutra) et le Brésilien Walter Salles (Cental do Brasil/Central Station): il s'agit respectivement de The Laughing Club of India, sur une thérapeutique du rire devenue populaire à Bombay, et de Jeune guerriers des favelas, un regard très courageux sur le monde de la drogue et ses liens avec le pouvoir. Mardi, Schoolgirl Killer, un documentaire de la BBC signé Charlotte Metcalf, nous révèle la terrible tradition de l'enlèvement et du viol de jeunes femmes dans les campagnes éthiopiennes… pour en faire de parfaites épouses soumises. L'angle d'approche est le procès d'Aberash qui, la première, s'est défendue et a tué son agresseur. I Killed People de la Suissesse Alice Schmid fait quant à lui parler des tueurs victimes de la terrible guerre civile du Libera, tandis que Un jour la nuit… de Nori S. Mahdi part à la recherche d'un étudiant noir arrêté par la police sud-africaine en 1988 et porté disparu depuis.

Pour le cinéphile, le grand moment du programme sera la projection mercredi de The Big One de l'Américain Michael Moore, le réalisateur de Roger et moi. Tout aussi salutaire que son prédécesseur, ce nouveau film de l'empêcheur de licencier et mondialiser en rond, tarde à trouver un distributeur dans notre pays… Enfin Boudiaf, un espoir assassiné de Francis Fehr rappellera jeudi le parcours du fondateur du FNL, devenu éphémère président d'Algérie en 1992 après de longues années d'exil. A noter que chacune de ces séances sera suivie d'un débat.

Médias Nord-Sud: tél.: 022/ 708 81 93.

Fonction Cinéma: tél.: 022/328 85 54.