Il n'y a pas que la viande qui tue: l'ail et l'arachide peuvent être plus dangereux que le grand couteau aiguisé du docteur Petiot. Profitant du vent de panique qui souffle sur l'alimentaire, A Bon Entendeur nous a rappelé mardi soir les pouvoirs assassins d'aliments anodins. De nos jours, le marché de la peur nutritionnelle est porteur et toute enquête sur le sujet est susceptible d'attirer le téléspectateur. Du pain bénit pour la TSR. «Se nourrir est devenu un enfer», lance Isabelle Moncada. Je bois ses paroles. Et elle ajoute: «Dans ce pays, c'est la vie des fabricants que l'on facilite, pas celle des consommateurs.» Puis la caméra nous invite chez Luc Grossrieder qui nous explique son enfer. Allergique à de nombreuses substances, il est obligé de contrôler tous ses menus. Ce qui n'est pas une tâche menue. En cas d'absorption d'ail ou d'arachide, ses lèvres enflent, son cou se courrouce et ses jambes se jambonnent. Bref, son corps réagit: il est allergique et peut friser la mort. A Bon Entendeur nous apprend qu'ils sont un millier dans sa situation. Une fois de plus, je me rends compte de ma chance. Puis, dans un geste maladroit, ma télécommande tombe: PPDA apparaît à l'écran. Je suis sur TF1. Et d'un coup, mes lèvres enflent, mon cou se courrouce et mes jambes se jambonnent. Il est des soupes tièdes que l'on nous sert tous les soirs qui ont aussi leur potentiel allergénique.