«Evitez soigneusement tout effort physique. Travaillez sans relâche jour et nuit. Méfiez-vous du vélo et surtout ne respirez jamais à fond sauf quand vous avalez de la fumée.»

Depuis le 2 avril, voilà quelque uns des précieux conseils dispensés par le Docteur D.Moniak dans la presse dominicale romande. Suisses alémaniques et Tessinois ne sont pas oubliés: Doktor Luzifer sévit chez les premiers; Dottore D.Monio chez les seconds.

Dès le mois de juin, le fameux Docteur sévira aussi sur les petits écrans helvétiques via trois spots publicitaires.

Le mot est lâché «publicitaire». D. Moniak est en effet le nouveau vecteur de communication de la Fondation suisse pour la promotion de la santé (FSPS). «C'est l'agence de publicité qui nous a convaincus d'oser le paradoxe et l'humour, explique Felix Küchler, responsable de la campagne pour la FSPS. Comme notre but est d'attirer l'attention des gens et de leur faire commander notre brochure sur l'activité physique, ce genre de message décalé a plus de chance de fonctionner, surtout lorsqu'on pense aux nombreuses sollicitations publicitaires auxquelles sont soumis les gens.»

Diagnostic correct; puisque qu'en quinze jours, la moitié des 100 000 brochures imprimées par la Fondation ont déjà trouvé preneurs.

«Docteur D.Moniak n'est que la première étape, précise encore Felix Küchler. Notre campagne à l'échelon national pour promouvoir l'activité physique va durer cinq ans. Et pendant au moins deux ans nous allons continuer d'exploiter ce filon de la tension et du paradoxe». Du «teasing» disent les spécialistes.

Décriée par certains à son lancement, la campagne n'a semble-t-il pas provoqué beaucoup de réactions négatives, «simplement des questions et des interrogations» déclare Felix Küchler. La FSPS table sur la future campagne télévisuelle pour dissiper les derniers malentendus.

Financièrement, la Fondation va consacrer 3 millions de francs à la campagne «démoniaque». Un autre million et demi seront consacrés à organiser des «événements» (journée jogging ou ballades à vélos).

En faire une star

Quand au fameux Docteur: «Nous espérons bien qu'il deviendra une vedette» sourit Felix Küchler. Sur le petit écran, c'est un acteur anglais qui lui prête ses traits. Une manière peut-être de faire honneur au slogan de la campagne: «Feel Your Power.» (Sent ta force et ton pouvoir.)

Pourquoi l'anglais alors que la campagne se décline dans trois langues nationales? «C'était plus simple, et très mode» avoue Felix Küchler, qui promet par contre qu'au numéro vert inscrit au bas des encarts publicitaires, les standardistes répondront dans d'autres langues que l'allemand.