Dans l’ombre du géant Whats­App, une start-up genevoise tente de percer. Basée à Plan-les-Ouates, la société inZair a lancé fin 2011 son application ZMS pour iPhone. Celle-ci permet d’échanger des messages sous forme de texte, image, vidéo ou son avec ses contacts qui ont eux aussi téléchargé l’application.

«Notre but est de promouvoir une manière plus intelligente de communiquer, explique Nourredine Rouibah, directeur d’inZair. Aujourd’hui, l’on envoie des messages en rafales, n’importe quand, en submergeant ses amis à des heures inappropriées. Nous permettons d’envoyer des messages au bon moment et au bon endroit.» Et le responsable de donner un exemple: «Un ami doit vous rendre un livre. Le lui rappeler lorsqu’il est au bureau est inutile. Nos ZMS permettent de lui envoyer un message qu’il ne recevra que lorsqu’il sera chez lui.»

Le plus d’inZair face à Whats­App, c’est ainsi la géolocalisation des utilisateurs. «Mais uniquement avec leur consentement. Et une personne peut définir où se trouve son bureau ou son domicile sans que ses contacts en connaissent les détails», assure Nourredine Rouibah. Il est aussi possible de déposer des ZMS là où des amis vont passer – par exemple devant l’Empire State Building lors de vacances.

Coupons virtuels

Pour inZair, le grand défi est de se faire connaître: «Nous visons le marché mondial, il y a de la place à côté de WhatsApp», assure Nourredine Rouibah. Une version pour Android et Windows Phone devrait suivre. Toujours gratuitement? Oui, assure le responsable, qui annonce un service de couponing que payeront les entreprises. Il sera ainsi possible, après inscription volontaire, de recevoir un ZMS avec un coupon de rabais lorsque l’on se trouve près d’un fast-food. Pour assurer son expansion, inZair, qui compte une dizaine de collaborateurs, cherche actuellement à lever un million de francs auprès d’investisseurs.