Lenovo reprend la marque Motorola et les produits déjà lancés ou en préparation, mais Google va conserver «la vaste majorité» du portefeuille de brevets de Motorola Mobility et «continuer à les utiliser pour défendre l’écosystème d’Android», précise le géant d’Internet dans un message sur son blog officiel.

Android est le système d’exploitation mobile de Google. Utilisé par un large éventail de fabricants comme Motorola mais aussi le numéro un mondial des smartphones Samsung, le logiciel domine aujourd’hui largement le marché tant des smartphones que des tablettes.

L’immense portefeuille de brevets de Motorola avait été l’une des principales motivations de Google quand il avait mis 12,5 milliards de dollars sur la table pour racheter la société en 2012.

Constat d’échec

La revente des smartphones est un peu un constat d’échec pour le groupe internet, qui a depuis taillé dans les activités et les effectifs de sa filiale et en a revendu des morceaux à des tiers, sans parvenir jusqu’ici à la faire revenir aux bénéfices. Motorola avait été l’un des pionniers de la téléphonie mobile, pour laquelle il avait déposé les premiers brevets dans les années 1970. Mais il a raté le tournant des smartphones.

L’entreprise avait joué son va-tout l’an dernier avec la sortie du Moto X, un smartphone personnalisable et «made in USA». Motorola en avait baissé le prix récemment, un signe selon les experts que les ventes n’étaient pas à la hauteur de ses attentes.

«Google a eu ce qu’il voulait et ce dont il avait besoin chez Motorola. Il a eu les brevets, les talents et la connaissance du marché et des appareils mobiles», relevait mercredi l’analyste Jack Gold de J Gold Associates. Il souligne que cela pourrait aussi résoudre certains conflits d’intérêts potentiels pour Google dans ses relations avec les fabricants de smartphones qui utilisent Android.

Premier fabricant de PC

Lenovo est le premier fabricant mondial de PC, une activité qu’il avait rachetée il y a huit ans au géant informatique américain IBM. Il a aussi annoncé récemment son intention de lui racheter ses serveurs d’entrée de gamme et s’est diversifié ces dernières années dans les smartphones et les tablettes.

Dans les échanges électroniques suivant la clôture de la bourse de New York, l’action Google prenait 2,18% à 1.131 dollars vers 23h20 heure suisse.