C’est sans doute la meilleure application gratuite de navigation sur smartphone. Et depuis la semaine passée, «Maps», de Google, a été enrichie des informations de Waze. Waze, c’est une société israélienne rachetée aux alentours de 1 milliard de dollars par Google mi-juin. Son application de navigation est enrichie en permanence par quelque 50 millions d’utilisateurs, qui partagent les informations qu’ils souhaitent en temps réel: accident, bouchon, contrôle de police, radar…

Depuis la semaine passée, les services de Waze sont intégrés dans «Maps» pour une dizaine de pays, dont la Suisse. Un petit triangle sur la carte affiche un incident, avec un message, par exemple, en ce dimanche après-midi, vers Nyon, «Incident de circulation sur A1/E25. Signalé via l’appli Waze». Waze continue à exister sous forme d’application autonome, et gratuite, et offre un système de navigation plutôt bien fait et ludique.

Mais «Maps», dont le système de navigation est fourni par un certain TomTom, offre un service global de qualité inégalée. Plusieurs itinéraires sont en général proposés, un système de couleurs indique les zones à forte densité de trafic et le guidage vocal est devenu excellent. Le point fort est aussi la recherche en langage quasi naturel, car «Maps» sait chercher et trouver des clubs de tennis, des musées, des entreprises… La liste est longue et l’application très rarement prise en défaut.

Aussi les bus

En parallèle, Google a aussi fait des progrès pour les itinéraires en transports publics, intégrant de plus en plus de lignes de trains et de bus dans ses calculs. A ce niveau-là, «Maps» fait déjà presque aussi bien que l’application des CFF.