La maladie de la vache folle occupe les conversations, réveille les appréhensions. Avec une acuité renouvelée depuis l'annonce en début de semaine d'un nouveau cas à Martigny dépisté fortuitement. Pour la troisième soirée consécutive, le Téléjournal consacrait jeudi l'ouverture de son édition à la question qui divise: faut-il imposer un test systématique des bovins? Mardi, les équipes de la TSR relataient l'affaire et posaient la question qui fait débat. Mercredi, dans un face-à-face mordant avec Darius Rochebin, le conseiller fédéral Pascal Couchepin refusait le test systématique: «Une affaire de marketing, assénait-il. Pas une vraie mesure de santé publique.» Hier, le TJ enfonçait le clou et rongeait l'os qu'elle mord depuis quelques jours: nouvel élément dans l'affaire de la vache folle abattue à Martigny, interview du vétérinaire cantonal fribourgeois mis au courant par l'éleveur de comportements étonnants d'une vache jugée «un peu follette», reportage auprès des agriculteurs qui ont en gros sur la patate, rencontre avec les deux grands distributeurs suisses – Coop et Migros – sur les raisons qui motivent leur recours au dépistage généralisé, visite aux abattoirs et, en plateau, explications scientifiques du généticien Laurent Roux. Au total, onze minutes bien ficelées. Un bon boulot de suivi et de documentation, que le parti pris éditorial en faveur du test systématique n'altère point.