Lire les messages de ses deux comptes e-mail, consulter les informations sur trois sites différents, faire un détour par un site de météo... Le compte est vite fait, il faut souvent jongler avec une dizaine de fenêtres de son navigateur web. Certes, la navigation par onglets a facilité la vie des internautes. Mais il y a mieux: utiliser un site qui permet non seulement d'accéder au contenu de nombreuses autres pages, mais aussi à des petits services. Alors que Google vient de lancer son service iGoogle, Netvibes annonce une mise à jour majeure.

En ligne depuis septembre 2005, Netvibes a déjà conquis 12 millions d'internautes. La société a été fondée par le Français Tariq Krim, rejoint plus tard à la tête de la société par Pierre Chappaz, qui avait auparavant créé le comparateur de prix Kelkoo. Malgré le pionnier «My Yahoo!», les essais de Microsoft avec «Live» et les efforts de Google, Netvibes demeure la référence en la matière. Allons sur la page d'accueil. Sur sa gauche, le site propose une sélection des modules les plus intéressants: des sites d'actualité, une météo, une liste de tâches, des systèmes de recherche de blogs ou de vidéos, des comptes e-mail ou encore des liens vers Flickr et YouTube. A l'internaute de composer sa page selon ses désirs, et d'agencer les modules comme il le souhaite. Il peut ainsi décider combien de titres d'actualité il souhaite dans son module «Le Temps», quelles photos rechercher dans Flickr, quelles prévisions météo... Toutes les marques cohabitent. Ainsi, le module Yahoo! Mail côtoie Gmail, eBay et MySpace. Des centaines de flux différents sont utilisables, que l'on peut répartir par onglet pour ne pas surcharger la page.

Bien sûr, chaque module n'affiche que quelques lignes de texte ou quelques images. L'idée est que, dès que l'on repère quelque chose d'intéressant, un clic amène l'internaute vers le site de la source. Par contre, les vidéos de YouTube s'affichent directement dans la page Netvibes. Concernant les e-mails, seul l'objet du message est lisible. Il faut ensuite cliquer dessus pour être redirigé vers gmail.com, par exemple, et s'identifier pour lire le message. Une opération un peu fastidieuse.

La grande innovation de Netvibes, c'est la création d'univers. Ainsi la TSR propose depuis peu, sur http://www.netvibes.com/tsr, des dizaines de modules, surtout liés à ses émissions. L'on peut soit adopter cet univers, soit en copier les éléments les plus intéressants, comme par exemple le module «Infrarouge», vers sa page personnelle. Idem pour les univers du rappeur Snoop Dogg, de Ben Harper ou de «Time». D'ici à juin, tout un chacun pourra créer son univers et le partager, s'il le souhaite, avec les autres internautes.

Gratuit et sans publicité, Netvibes possède un grand avantage par rapport à Google, la facilité de personnaliser la page. Netvibes propose non seulement une palette d'outils très riche, mais aussi une prise en main plus rapide, avec une présentation claire des modules disponibles. Google propose moins de contenu, l'affichage est plus sobre, mais la firme américaine propose par contre une meilleure intégration de Gmail. La création de petits gadgets, sans aucune notion de programmation, est aussi possible.

Les adresses:

http://www.netvibes.com

http://www.google.com/ig