Décidément, ce monsieur fait vraiment de l'audimat. Les apparitions de José Bové ne se cantonnent plus aux téléjournaux, il est invité dans pratiquement toutes les émissions magazines françaises et on le voit là, souriant, assis avec son jeans et sa chemise ouverte, aux côtés des célébrités les plus incongrues qui se mettent à parler fromage et Larzac sur des sofas en velours rouge. Hier, José Bové était l'invité de l'émission de Michel Drucker, «Vivement dimanche» sur F2, soit deux heures d'antenne l'après-midi et une demi-heure le soir!!!

L'après-midi s'est traînée, Drucker se sentant obligé, pour rester dans le thème, de chercher de la violence économique dans la moindre chanson, de demander à tous ses invités ce qu'ils pensent de la malbouffe et s'ils aiment la terre. Parmi eux, l'acteur Charles Behring très à l'aise a su demander sa carte de visite à Bové et répondre que les paysans sont «magnifiques», la preuve, son frère a gardé les brebis en Ardèche. Bref, on se demande vraiment que cherche ce José Bové piégé par son image médiatique et quand il trouve encore le temps d'être le paysan qu'il vient jouer sur scène.