Grippe porcine

Kerry, 19 ans, premier cas en Suisse

Le jeune homme est hospitalisé à Baden (AG), où il avait été renvoyé chez lui mercredi après-midi après un premier test négatif. Mais le deuxième s’est révélé positif.

Il se sent en forme mais est «un peu énervé». Kerry F., 19 ans, est le premier cas avéré contaminé par la grippe porcine en Suisse. Soigné à l’hôpital de Baden (AG) depuis lundi, il avait été autorisé à rentrer chez lui mercredi après-midi. Avant d’être rappelé peu de temps après, pour être réhospitalisé. Motif: le dernier test effectué confirme qu’il est bien porteur du virus A(H1N1).

«Il avait d’abord pu quitter l’hôpital car il n’avait plus de symptômes grippaux, plus de fièvre, et qu’un premier test PCR pour détecter l’Influenza A et B (grippe humaine) s’est révélé négatif», expliquait jeudi devant les médias Jürg Beer, médecin-chef à l’hôpital cantonal de Baden. Ce n’est qu’entre 20 et 21 heures que les résultats d’un deuxième test – dont le médecin qui l’a autorisé à quitter l’hôpital ne semblait pas connaître l’existence – se sont avérés positifs. «Nous l’avons donc fait revenir à l’hôpital. Il est un peu énervé, mais se sent en bonne santé», ajoute Jürg Beer. Tant lui que Thomas Zeltner, le patron de l’OFSP, l’assurent: il est à 99,9% établi que Kerry n’était plus contagieux quand il est sorti de l’hôpital. Pourquoi donc fallait-il le réhospitaliser? Par prudence et pour éviter toute psychose, laissent entendre les experts…

Patrick Mathys, qui dirige la section pandémie à l’OFSP, précise qu’un nouveau test, plus fiable et mis au point en un temps record par le laboratoire central de virologie des Hôpitaux universitaires genevois, est disponible depuis mercredi soir. C’est précisément ce test qui a permis de détecter le A(H1N1) chez Kerry. Le test capable de déceler la présence du virus de la grippe porcine doit encore être amélioré ces prochains jours pour s’avérer «à 99% fiable».

Kerry est rentré du Mexique samedi, avec de la fièvre et des symptômes grippaux. Lundi, il a consulté son médecin de famille, qui a immédiatement appelé le médecin cantonal. Voilà comment l’adolescent s’est rapidement retrouvé en isolement à l’hôpital de Baden. Il en est aujour­d’hui à son cinquième jour de Tamiflu. Les personnes qui ont été en contact avec lui ces derniers jours – le personnel de l’hôpital et treize personnes de son entourage – doivent par précaution rester chez elles, en quarantaine. Elles suivent un traitement prophylactique de Tamiflu.

Publicité