Fort des essais «prometteurs» actuellement menés avec quatre fournisseurs et 200 clients, Swisscom a annoncé mercredi qu'il commercialisera dès octobre la technologie ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line), qui permet notamment un accès plus rapide à Internet. L'opérateur proposera à tous les fournisseurs de services de Suisse (providers et opérateurs téléphoniques) une possibilité de connexion à large bande. Dans un premier temps, cette nouvelle technologie sera disponible dans les villes de Genève, Lausanne, Zurich, Berne, Bâle, Lucerne et Saint-Gall. «Ce sont des endroits stratégiques pour nous, explique Jacques Bettex, porte-parole de Swisscom. Nous devons y aller et rapidement.» Dès 2001, la couverture sera progressivement étendue à toute la Suisse, mais «je ne peux pas avancer de date précise», ajoute notre interlocuteur. La technologie ADSL permet des transmissions de données à haut débit sur les lignes traditionnelles du téléphone à des vitesses cinq ou dix fois plus rapides (256 kbit/s ou 526 kbit/s) qu'avec des modems standards. Autre avantage:

l'ADSL permet de surfer et de téléphoner en même temps.

Les prix fixés par Swisscom pour les fournisseurs de services seront de 69 francs par mois pour l'accès large bande à 256 kbit/s et 114 francs pour celui à 512 kbit/s. Le coût de l'installation sera lui de 400 francs. «Nous avons fixé ces tarifs en toute transparence, affirme Jacques Bettex. Les 400 francs couvrent la recherche, le développement et l'équipement de nos centraux; les abonnements mensuels couvrent exclusivement les coûts d'exploitation.» C'est beaucoup moins que les milliers de francs actuellement déboursés pour la location de lignes auprès de Swisscom.

Prix et tarifs encore inconnus

Ce sera ensuite aux fournisseurs de répercuter cette baisse auprès de leurs propres clients (particuliers et entreprises). Ceux-ci devront toutefois s'équiper en conséquence, un modem ADSL sera nécessaire. Son prix dépendra de ce que les constructeurs et les fournisseurs choisiront d'offrir. En début d'année, on parlait de 2000 francs le boîtier. «Ce n'était qu'une estimation, déclare Mélanie Schneider, porteparole de Bluewin. Pour l'instant, nous n'avons aucune idée des prix et des tarifs d'abonnement. Nous venons de recevoir les tarifs de Swisscom. Il faut qu'on fasse nos calculs. On devrait y voir plus clair dans les semaines à venir.» Par comparaison, en France, le modem ADSL commercialisé par France Telecom coûte 2000 francs français (500 fr.), ou 45 FF par mois en location (11 fr). L'abonnement au service ADSL s'élève lui à 265 FF (environ 66 fr.).

Concurrence sceptique

Qu'il s'agisse de téléphonie pure ou de services Internet, les concurrents de Swisscom exigent plus. Ils veulent une libéralisation totale du «dernier kilomètre», à savoir le dernier tronçon entre le central téléphonique et les particuliers. Avec l'arrivée de l'ADSL, ils craignent d'être encore plus défavorisés. Le 31 juillet, Diax a adressé une demande en ce sens à la Commission fédérale de la communication. L'enquête est en cours. Les concurrents de Swisscom ne sont pas les seuls à s'intéresser de près à ce problème du «last mile». Mardi, la commission des télécommunications du Conseil national a annoncé l'étude des modalités d'une ouverture rapide à la concurrence. Une initiative parlementaire en ce sens a aussi été déposée par le conseiller national Georges Theiler (PRD/LU).