En lançant ce week-end à Berlin leur nouveau format de disque Super Audio CD, les constructeurs Sony et Philips ont pris le risque de rendre plus confus le paysage de la musique enregistrée et la relève du disque compact. Depuis qu'ils ont lancé le CD, plus de 600 millions de lecteurs et 12 milliards de galettes ont été vendus, rapportant à chaque fois des royalties aux deux créateurs de ce format.

Le CD, qui avait été présenté lors de son lancement comme la meilleure technique d'écoute de la musique, devait déjà faire face cette année à la concurrence des fichiers MP3, que l'on télécharge sur Internet. Aujourd'hui, les consommateurs voulant remplacer leurs disques compacts vont se trouver confrontés à deux nouveaux formats, pour le moment incompatibles: d'un côté le Super Audio CD, de l'autre le DVD Audio, lequel va étendre à la musique ses capacités de stockage énormes (4,7 gigabits), utilisées déjà en informatique (DVD-Rom) et en télévision (DVD vidéo).

Le Super Audio CD utilise une technologie qui permet l'enregistrement des ondes sonores sous une forme numérique reproduisant très fidèlement les ondes originales, et promet donc un son plus riche, plus chaud et plus détaillé que les CD. Quant aux DVD Audio, qui vont être lancés dans les prochains mois, ils utilisent la même technologie d'enregistrement que les CD, et doivent donc aussi faire appel à plusieurs étapes intermédiaires dans l'enregistrement.

Les critiques musicaux consultés ont tous souligné les plus grandes qualités musicales du Super Audio CD. Mais cette technologie a un coût la réservant à des mélomanes fortunés: les premiers lecteurs vaudront plus de 7000 francs suisses.

«Ces produits s'adressent à quelques milliers d'audiophiles passionnés», explique Philippe Poels, secrétaire général de Sony France, qui souligne que la technologie Super Audio n'est pas en soi très onéreuse, et que d'ici à un an ou deux elle sera sans doute introduite dans la plupart des lecteurs CD. Dans sa version «hybride», combinant deux couches, le Super Audio CD pourra être joué sur les lecteurs de CD traditionnels. Au contraire, le DVD Audio n'est pas utilisable sur les lecteurs de DVD vendus jusqu'à présent. S'il s'impose comme le remplaçant du CD, Sony et Philips seront seuls à se partager les royalties des nouveaux disques et appareils.

L'industrie de la musique est par ailleurs confrontée à la rapide diffusion des musiques téléchargées, par exemple sous forme de fichiers compressés au format MP3, qui révolutionne les perspectives du secteur: tandis que le français Thomson Multimedia a annoncé à Berlin le lancement pour octobre de son baladeur Lyra, pouvant contenir une heure de musique chargée sur Internet, Sony se prépare à lancer son propre service de distribution de musique sur le réseau mondial.