Le quotidien qatariote Al-Raya a accusé lundi l'Arabie saoudite de «diriger secrètement la guerre contre Al-Jazira […] pour réduire sa présence dans les Etats du Conseil de coopération du Golfe (CCG)». Riyad exercerait, écrit le journal, «toutes sortes de pressions, dont sa décision d'empêcher les entreprises saoudiennes de diffuser des annonces publicitaires sur Al-Jazira».

L'attaque d'Al-Raya, qui exprime généralement un point de vue proche de celui des autorités qatariotes, fait suite à l'annonce dimanche de la fermeture du bureau d'Al-Jazira à Koweït, la chaîne étant accusée de couvrir de façon «partiale» des événements dans l'émirat. C'est la deuxième fois que le média est victime d'une telle mesure au Koweït. Depuis sa création en 1996, certaines de ses émissions ont aussi régulièrement été à l'origine de brouilles entre le Qatar, qui finance la chaîne, et de nombreux pays arabes, telles la Jordanie et l'Arabie saoudite. Ainsi, fin septembre, cette dernière a rappelé son ambassadeur à Doha pour consultation.

Début octobre, les ministres de l'Information de cinq partenaires du Qatar au sein du CCG – Arabie saoudite, Koweït, Emirats arabes unis, Bahreïn (qui refuse depuis des mois d'accréditer les journalistes d'Al-Jazira) et Oman – avaient déjà reproché à la chaîne d'«insulter et de diffamer» leurs pays, et recommandé à leurs gouvernements d'«exhorter les secteurs public et privé à cesser toute coopération commerciale et publicitaire avec elle.»

Chaîne en anglais dès 2003

Al-Jazira, qui dispose d'une équipe de 500 personnes, a récemment annoncé son intention de lancer en 2003 une chaîne en langue anglaise pour rivaliser avec la BBC et CNN. Son directeur général a toutefois indiqué que si aucun budget précis n'avait encore été décidé, il excluait tout partenariat. La nouvelle chaîne disposerait de ses propres studios à Doha et sélectionnerait sa propre équipe.

En attendant, Al-Jazira bénéficiera, dès janvier, d'un service de voix hors champ en anglais. «Nous sommes en train de recruter des interprètes pour assurer une traduction simultanée à partir de l'arabe», a expliqué son directeur général. Les informations de la chaîne seront également disponibles en anglais sur son site www.aljazeera.net.

LT