La vie même! L'émission Mères au travail: la valse à mille temps, diffusée hier sur la TSR, était acide et douce. Bien sûr, il y avait la démonstration, la dénonciation – discrète, mais forte – de l'effrayante absence de moyens concédés aux femmes qui exercent un métier par une société bourrée de préjugés. Mais, oubliée cette démonstration, il y avait les jours qui passent, avec leurs contradictions et les réponses impossibles à trouver.

Chantal parle de sa double vie – travail, famille: «Dirait-on double vie à un homme parce qu'il a des enfants», demande-t-elle. Et plus tard, sur son lieu de travail, la journaliste lui pose cette question: «Est-ce que vous avez pensé à vos enfants aujourd'hui?» Mais poserait-on cette question à un homme qui travaille? Et petite fille qui répond: «Je suis contente que ma mère travaille parce qu'on peut aller en vacances à Verbier et acheter des tee-shirts», comment a-t-elle inventé cette réponse?

La réalisation de soi, l'argent, l'indépendance, et donc encore l'argent et la réalisation de soi: pourquoi travailler? Faire tout ce qu'il faut, son devoir, être au four et au moulin comme Edith: «Il faut de l'amour, il faut du courage», dit d'elle une autre femme. Toutes ces pensées que chacun construit pour rendre sa propre vie possible, si différentes les unes des autres. Tous ces efforts de l'esprit pour conjuguer le bonheur et la nécessité. Et, observés par les caméras, les enfants – qui sont les héros innocents de cette émission – avec leur ardeur et leurs sourires. Toute cette vie va de l'avant et elle donne un pincement au cœur.