Dire que tout cela s’est terminé par une gifle… Celle qu’a administrée Geoffrey Serey Die, milieu ivoirien du FC Sion, à un ramasseur de balle du stade de la Pontaise. On comprend la frustration des Sédunois, battus 1-0, condamnés à disputer le barrage contre la relégation et à se chercher illico un nouveau coach, Rolland Courbis n’étant pas diplômé UEFA. Mais de là à molester un gamin, franchement, non. D’ailleurs, malgré les excuses du fautif, le père du junior a déposé plainte. «Notre cellule hooligans s’occupe de l’affaire», a précisé le porte-parole de la police cantonale vaudoise, Philippe Jaton. Tiens, c’est drôle: de nos jours, les casseurs proviennent du terrain même. On n’arrête pas le progrès.

Le compte est bon

A propos de progrès, le FC Lausanne-Sport a intérêt à en faire d’ici l’entame de sa deuxième saison parmi l’élite depuis son retour. Car le voilà sauvé, en dépit d’un budget minime – 6,8 millions – et d’un niveau qui ne valait pas vraiment mieux que la 10e et dernière place de Super League. C’était oublier l’habileté du LS à procéder par élimination. Déclaré en faillite, Neuchâtel Xamax disparaît de l’échiquier; et d’un. Coupable d’avoir aligné des joueurs non-qualifiés, Sion écope de 36 points de pénalité; et de deux. Le compte est bon. On se réjouit déjà de voir les nouvelles «trouvailles» des Vaudois la saison prochaine.